Du 2 au 15 août, rendez-vous avec la Quinzaine de la Mirandaise

Capture d’écran (21).png

Douze boucheries vous attendent pour découvrir cette viande d’exception

Elle fait partie des races qui sont passées “d’indispensables” à “pas assez rentables” lorsqu’il a fallu produire plus vite et davantage. Pourtant bien adaptée aux sols lourds des coteaux du Gers, elle était dotée de solides membres garantissant une grande force de travail pour les travaux agricoles, et résistante à la chaleur grâce à sa robe claire.

Détrônée par la mécanisation et ses congénères dont l’élevage nécessite moins de temps, la Mirandaise a bien failli être rayée du paysage, passant de 200 000 têtes dans les années 1900, à 600 femelles aujourd’hui. Exit la qualité, bonjour la quantité…

Heureusement, quelques éleveurs se sont mobilisés pour la sauver de l’oubli en redynamisant l’espèce, et en valorisant la délicatesse de sa chair à la saveur persillée que lui confèrent ses huit mois de pâturages, auprès de consommateurs en recherche d’authenticité. 

La Quinzaine de la Mirandaise en partenariat avec les artisans bouchers du département participant à l’opération, est l’occasion de goûter à cette viande locale et gersoise d’exception, tout en soutenant ceux qui œuvrent sans relâche à sa défense.

« Nous souhaitons que le nombre d'éleveurs de Mirandaises augmente, afin de préserver cette race. Mais il faut bien entendu un intérêt économique pour qu’ils puissent en vivre, sinon, dans vingt ou trente ans, il n’y en aura plus aucun dans le Gers. On ne trouvera plus que de la viande importée du Canada ou d’Argentine… » souligne Géraud Laval, éleveur et animateur de la filière.

Du lundi 2 août, et jusqu’au 15, rendez-vous donc avec la Mirandaise dans les boucheries suivantes :.

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles