Menu

Appui aérien franco-allemand à Vic-Fezensac et à Gondrin

00 Lt-col Vivien Béral et officier allemand à Vic 1bis 131119.jpg

Organisé par l’Armée de l’air

La base aérienne 133 Nancy-Ochey « Henry Jeandet » de l'Armée de l’air dispose d’un CFAA (Centre de formation à l’appui aérien [1]) qui organise, trois fois par an, des sessions de formation pour une vingtaine d’officiers et de sous-officiers des trois Armées, français et allemands (la Bundeswehr ne dispose pas de cette formation). Ils apprennent à guider les aéronefs.

Le 13 novembre, le Journal du Gers rend visite aux militaires qui terminent leur stage par le guidage sur le terrain. Nous allons d’abord à la sortie nord de Gondrin, où le 35e Régiment d’artillerie parachutiste de Tarbes a installé un camp de vie pour les stagiaires et l’encadrement. Le 35e fournit aussi « le plastron », c’est-à-dire des véhicules et des soldats qui jouent le rôle de cibles ennemies.

Guidage

Le capitaine Sébastien Liébault appartient au CFAA. De Gondrin, il nous envoie à Vic-Fezensac : c’est là que les stagiaires travaillent avec les aéronefs. Ils leur désignent leurs cibles en leur décrivant le terrain. C’est difficile, car, par exemple, un chasseur comme le Mirage 2000 arrive à 400 nt (600 km/h). Pour le guider, on n’a que quelques secondes. Quand les aéronefs ont une caméra connectée au poste de guidage, le travail est facilité.

Nous nous rendons à Vic-Fezensac. Sur la place de la mairie, nous repérons effectivement un groupe de soldats en pleine action : ils travaillent avec des aéronefs en vol. Ce n’est évidemment pas une phase de guidage d’appui aérien, puisque les cibles ne seraient pas visibles depuis le sol.

Le lieutenant-colonel Vivien Béral, commandant le CFAA nous accueille aux côtés d’un officier allemand.

On remarque que les stagiaires ont des moyens radio légers qui leur donnent une grande mobilité. Pendant leur formation, les stagiaires font une trentaine de guidages, sans compter les exercices sur simulateur à la base de Nancy, qui sont, nous dit le lieutenant-colonel Béral, très réalistes. Et il y a aussi du guidage de tir réel, dans des camps militaires.

Et en quelle langue parle-t-on à la radio ? En anglais, depuis que la France a réintégré le commandement unifié de l’OTAN...

N.B. - La photo du haut de page montre le lieutenant-colonel Vivien Béral aux côtés d'un officier allemand.

[1] L’appui aérien consiste à utiliser des avions d’attaque au sol et des hélicoptères de combat pour appuyer par leur tir les troupes au sol proches des positions ennemies. Il faut une grande précision dans la désignation des objectifs pour éviter de tirer sur les troupes amies, une synchronisation parfaite des actions à terre et en l’air et une grande réactivité de tous les combattants. En particulier, les troupes au sol doivent savoir, à la seconde près, quand les tirs des aéronefs et/ou de l’artillerie s’arrêtent. Pour donner immédiatement l’assaut, sans laisser à l’ennemi le temps de relever la tête.

11bis Passage d'un Mirage 2000 1bis 081118.jpg
Passage d'un Mirage 2000 lors du même stage en 2018.
1 Stagiaires au travail à Vic-Fezensac 1bis 131119.jpg
Stagiaires au travail à Vic-Fezensac
2 Le camp à Gondrin 1bis 131119.jpg
Le camp à Gondrin
3 Le capitaine Sébastien Liébault 1bis 131119.jpg
Le capitaine Sébastien Liébault à Gondrin
4 Opérateurs au travail 1bis 131119.jpg
Opérateurs au travail à Gondrin
5 Intérieur d'une tente à Gondrin 1bis 131119.jpg
Intérieur d'une tente à Gondrin
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles