Un Marambatais sauvé par le vaccin contre la rage en 1898

20181006183104K1IQ.jpg

Le village  de   Marambat   a fait la  une   des  nouvelles  du département  avec  la  création  de  la  nouvelle mairie  et    actuellement  un chemin  piétonnier .

En   1898 un  enfant  de  Marambat   figurait   dans   la  chronique nationale   des  personnes  guéries  de   la  rage   par  le  vaccin  mis  au  point par  Louis  Pasteur  en  1885. Ce   vaccin    fut  officialisé  et  répandu  dans   le monde  entier   à    la   suite   d’une     réussite  totale sur  un  jeune  alsacien Joseph   Melster.Longtemps   le  dessin de  cette   vaccination (notre  photographie) figura  dans  tous   les  livres   de   leçon   de  choses  dans   les  écoles .

Joseph   Paveillac   âgé de  26  ans,  ouvrier    agricole   figurait parmi   les    indigents   de  la commune.Il  avait  été   contaminé  par  un  chien   enragé qui   avait  léché  sur   sa   main  droite   plusieurs   coupures   saignantes occasionnées  par   les  rudes  travaux  agricoles. « Lou   can  hol » ( tel  était le  nom    donné   au  chien  enragé  )  avait   été  abattu  quelques  jours   après avoir    mordu   des   bovins   dans  un troupeau. Les employeurs de Joseph Padeillac  décidèrent  de  l’envoyer à l’Institut  Pasteur à Paris,  seul centre  antirabique mais   on  n’offrait  aucune   aide  financière.

L’institut  Pasteur   n’était  pas   équipé d’un  hôpital   annexe et  les malades  séjournaient   dans   un   hôtel  voisin " Grand    hôtel"  de  l’institut Pasteur  pour   la   durée   du  traitement, environ 2  semaines.

Joseph   Paveillac   fut vacciné  par   Emile   Desclaux,  disciple de Pasteur, (décédé). Entre  le   14 et   le  17 février  il  reçut  2 fois   par  jour des injections    de .3   centimètres   cubes   de  moelle  de  lapins  rabiques  d’ancienneté  décroissante   de   14 à  3  jours. A  partir  du 18 février, les   doses   n’étaient  plus  similaires et  administrées  2 fois   par  jour. Le   traitement  fut   considéré   achevé  le  3  mars   où  il  reçut 2  centimètres  cubes   d’une  moelle   3   jours.

La  solidarité  de la  population  marambataise :

 M.Conseil, ancien   maire  de  Marambat   avait   trouvé   dans  les  archives  de  la mairie  une lettre  du  Directeur de   l’hôtel  de l’Institut Pasteur où il  demande  le règlement   par  la commune   des frais   de  séjour, soit  4  francs   par  jour pour une  durée  de 18 jours.Lebudget   d’une    commune comme Marambat   est    des   plus   réduits. De   plus, on  considère " que les indigents   mangent  le  pain de   la   commune".Le  débat  concernant  cette   demande    fut  houleux. Le maire  de l’époque Alphonse  Castex (ascendant de  Francis Castex  qui   nous  avait   branché  sur  cette  affaire)  réussit à    convaincre  son  conseil   municipal . On   inscrivit  au  budget  additionnel une ligne  pour  les   soins    de   Joseph Paveillac  soit 90,40  francs  transport  à  Paris, prix réduit :18,40   francs - frais   d’hébergement  à Paris :  72 francs.

 

 

 

 

 

 

 

rage.jpg
L'image de la première vaccination antirabique que l'on trouvait dans de nombreux livres au début du siècle
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles