En attendant Noël à l’Abbaye de Flaran…

Abbaye de Flaran 1.JPG

Il reste quelques places pour l’atelier de dimanche : pensez à vous inscrire.

Dimanche 11 décembre, de 14 h 30 à 17 heures

Atelier en attendant Noël pour les enfants et les adultes : Tout est véridique ou presque - Création de houppelandes et robes de Noël en papier avec les Chasseurs Cueilleuses, collectif d’artistes

L’arrière arrière grand-mère du père Noel s’appelait Marie Noëlle. Elle était couturière et habillait tous les lutins et le Père Noël aussi. D’après certaines rumeurs, le Petit Chaperon Rouge serait la fille du père Noël… D’après d’autres rumeurs, la mère du père Noël aimait beaucoup le rouge, c’est pourquoi elle habillait toujours son fils et ses filles dans le même tissu rouge que ses robes...

Tout est véridique ou presque. Cet atelier d’arts plastiques rieur et poétique permettra à petits et grands d’en savoir plus sur les  histoires de garde-robe du père Noël et de la mère Noël… mais surtout de créer ses propres houppelandes et robes en papier. L’après-midi se conclura par un goûter.

Abbaye de Flaran, Ferme de la Madeleine. Pour tous (adultes et enfants à partir de 5 ans). Sur réservation au 05 31 00 45 75. Nombre de places limitées. Tarif : 5 €.

À noter également

Lundi 12 décembre, à 20 h 30, au Cinéma le Gascogne de Condom, Cycle Art et cinéma autour du film Un vrai faussaire de Jean-Luc Léon (documentaire, 2016, 1h30) en partenariat avec l’association Les Lumières de la Ville. Projection suivie d’un débat avec Maître Marcelle Puyol, commissaire-priseur à Auch. 

Peintre de talent et voyou, Guy Ribes, 65 ans, est le plus prolifique des faussaires français recensés à ce jour ayant inondé le marché de l’art pendant 30 ans. En 2005, la police a saisi plus d’une centaine de ses « faux » et en 2010 le Tribunal de Créteil l’a condamné à trois ans de prison, dont un an ferme.

Guy Ribes n’a jamais rien copié. Ses Picasso, ses Matisse, ses Chagall, et autres Léger ont l’apparence trompeuse du « vrai » et égalent leurs inspirateurs. Mais combien de faux de sa main, authentifiés par des experts, vivent encore aux murs des collectionneurs, des galeries ou des musées ? Et dans les pages de catalogues raisonnés ? Guy Ribes nous livre les secrets de fabrication de ses «balourds » contant, avec une gouaille de marlou, une vie de flambe, de plaisir et d’arnaques. La dernière, celle qui l’a fait tomber, sort tout droit d’une série noire. On y croise une veuve bidon, de faux héritiers, un « pigeon » Suisse collectionneur et des marchands sans scrupules. Le policier qui l’a arrêté, le procureur, l’expert judiciaire et un collectionneur floué révèlent les autres facettes de ce personnage incroyable, qu’on pourrait croire sortir tout droit d'une fiction... Tout au long du film, le pinceau de Guy Ribes crée sous nos yeux une toile qui semble être de la main des maitres qui l’ont inspiré. 

Condom, Cinéma le Gascogne. Tarifs habituels du cinéma.

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles