Menu

Elle en avait bien besoin !

Gendarmerie Condom IMG_7274.jpg

La rénovation de la Gendarmerie, avec la construction de son extension, a démarré depuis la fin de l'année 2020

Depuis déjà plusieurs semaines, les Condomois qui circulent devant la Gendarmerie, n'ont pas manqué de le constater : il s'y passe beaucoup de choses.

Et c'est tant mieux !

Effectivement, un énorme chantier a débuté avenue des Pyrénées, alors que celui des Promenades n'est pas encore tout-à-fait terminé.

Ce projet de la Gendarmerie a focalisé les débats des réunions de conseil municipal pendant près de quinze ans. Lancé, avant 2008, lors de la première mandature de Gérard Dubrac, il prévoyait déjà la rénovation et l’agrandissement des bâtiments existants.

Arrivé dans le fauteuil de maire, Bernard Gallardo bouleversait complètement les plans et, en 2013, la Gendarmerie semblait prendre alors la direction de la route de Saint-Puy. Mais le montage financier difficile à élaborer - bail emphytéotique administratif ? bail à construction ? ou cession du terrain et de la maîtrise d’ouvrage à un opérateur privé, option retenue à la fin - retardait considérablement l'aboutissement du projet.

Si bien qu'à son retour à la tête de la mairie de Condom, Gérard Dubrac pouvait renverser une nouvelle fois la vapeur et reprendre son projet initial.

Jean-François Rousse était favorable au projet Gallardo lorsqu'il était son adjoint aux finances parce qu'à cette époque, "cela aurait permis, disait-il, à la ville de ne pas se surendetter et de conserver des disponibilités financières pour mener d’autres projets structurants".

Vendredi 19 mars, au cours d'une visite du chantier, il se félicite cependant d'être le maire sous le mandat duquel cette opération va voir le jour.

La gendarmerie date des années 1975, il était grand temps de procéder à sa rénovation, non seulement pour le confort des gendarmes, mais aussi pour permettre un meilleur accueil de la population.

En effet, ils étaient bien à l'étroit dans leurs logements les gendarmes condomois ; l'accueil du public - en premier étage, une incongruité ! - avait déjà nécessité de convertir des logements en bureau et, de plus, deux d'entre eux avaient été déclarés insalubres. Quant à la toiture en amiante, il était urgent de la supprimer pour la remplacer.

Les militaires ont donc apprécié le démarrage du chantier, sous la direction de François Guibert de la Société Atelier FGA (François Guibert Architectes) de Bordeaux qui a remporté le concours lancé en 2017.

La complexité de ce chantier est qu'il s'effectue en site occupé et, de plus, il s'agit d'un terrain militaire avec les contraintes qui en découlent pour les entreprises qui évoluent dessus.

Pour attendre la livraison du bâtiment administratif, il a fallu dresser des Algeco pour que les gendarmes puissent continuer d'assurer leurs missions. Tous les administrés doivent savoir qu'ils seront toujours reçus pendant toute la durée des travaux, encore une bonne année, dans ces locaux provisoires, en bordure de la route d'Auch, équipés d'une rampe d'accès. Le service public ne sera en aucun cas interrompu.

Les nouveaux logements F1 et F2 sont déjà sortis de terre.

Débuté en août dernier, le chantier sera livré en plusieurs tranches prévues :

  • Nouveaux logements F1 et F2, en septembre 2021
  • Bâtiment administratif, fin janvier 2022
  • Nouveau garage, en février 2022
  • Bâtiment D2 et E, en mai 2022
  • Bâtiment D1, en décembre 2022
  • Bâtiment C, en juin 2023

Pour l'instant, la fin du chantier est annoncée pour juin 2023.

D'une superficie actuelle de 563 m² , les bureaux disposeront de 897 m² d'espace dans la future gendarmerie. Quant aux logements des personnels, de 2053 m², ils passeront à 2465 m².

Durant cette visite, le maire, Jean-François Rousse, est accompagné de Maxime Castelnau, conseiller délégué au 2e adjoint, qui suit ce dossier pour le compte de la mairie. Il revient au capitaine Cyrille Kauffmann de donner toutes les explications nécessaires à Laurence Lecoustre, la sous-préfète, qui découvre la réalisation de ce projet. Pour elle, il est important d'être à leurs côtés pour visualiser ce début des travaux attendus depuis plusieurs années.

Pour les militaires et leurs familles, les conditions de travail et de vie se révèlent assez compliquées, mais cela va vite évoluer vers du mieux à l'échéance indiquée de 2023. "Cette visite permet de s'assurer que le planning des travaux est bien respecté, ce qui est le cas", conclut Laurence Lecoustre lors de son intervention.

De gauche à droite, Maxime Castelnau, Cyrille Kauffmann, Laurence Lecoustre et Jean-François Rousse

Mais au fait la Gendarmerie et les gendarmes à Condom, qui sont-ils exactement ?

Une compagnie de Gendarmerie Départementale (GD) correspond à un arrondissement. Le commandant de celle de Condom est le capitaine Cyrille Kauffmann, en poste depuis août 2020. Les capitaines Jérôme Tardy et Philippe Priqueler sont ses adjoints.

Les unités de base de la GD sont les brigades territoriales (BT), à l’échelle du canton, celle de Condom est dirigée par l'adjudant-chef Loubet. Les BT fonctionnent de manière autonome ou sont regroupées en communautés de brigades (COB). Condom a la chance d'être le siège d'une COB, commandée par le lieutenant Anthony Gambino, qui comprend les BT de Condom, Valence-sur-Baïse et Montréal-du-Gers.

"Les militaires du site de Condom l'attendent avec impatience. On aura un bel accueil et de belles conditions de travail et de vie". Ces quelques mots du capitaine Cyrille Kauffmann concluent fort justement la visite de ce chantier.

Les personnalités devant le bâtiment qui sert d'accueil provisoire au public.

Photos Marc Le Saux

 

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles