Menu

Elections municipales : Jean-Claude Bourguignon mène la liste de gauche.

photo.jpg

Le JDG rencontre Jean-Claude Bourguignon, candidat aux municipales.

 

Présentation:

Jean-Claude Bourguignon : Je suis né à Vic,  j'ai  68 ans,  je suis marié,  j’ai  2 enfants et 4 petits enfants.

J’ai été scolarisé à Vic de l’école maternelle au collège jusqu’en troisième.

Puis je suis parti au lycée agricole d’Auch Beaulieu de 1967 à 1971.

D’août 1971 à  août 1972,  j’ai effectué mon service militaire.

JDG : Comment êtes-vous entré dans la vie active ?

JC Bourguignon : J’ai exercé comme aide familial jusqu’en 1978, année où j’ai succédé à mes parents pour m’installer comme chef d’entreprise agricole. J’ai fait de la polyculture et de l’élevage, dans un premier temps, pour me spécialiser par la suite dans l’élevage de bovins viande en race pure et pratiquer la sélection en race charolaise, cela tout d’abord pour la vente de reproducteurs (mâles et femelles), ensuite j’ai adhéré au « label rouge charolais » et pratiqué la vente directe de viande de bœuf.

JDG : Vous êtes aujourd’hui à la retraite. Qui a pris le relais à « Manotte » ?

JC Bourguignon :  En janvier 2012, mon fils me succède à la tête de l’entreprise.

Il va, comme moi, continuer à être attentif à la défense d’une agriculture raisonnée, une agriculture à taille humaine.

Pour ma part, j’ai toujours défendu l’exploitation familiale en adhérant et étant un membre actif du MODEF.

JDG : Quelle a été votre orientation politique ? Avez-vous participé au conseil municipal ?

JC Bourguignon : Je suis engagé politiquement à gauche avec toujours le seul et même but : rassembler et fédérer.

J’ai été présent depuis 1989 (liste André Pourqué) aux différentes campagnes municipales à Vic ; j’ai été élu sur la liste de Michel Sanroma en 2001. Je rejoins, en 2016, le conseil municipal actuel suite à la démission d’une colistière. En 2015, pour le Front de Gauche, j’ai été candidat soutenu par le PC du Gers à l’élection au conseil départemental sur le canton de Vic.

JDG : Vous avez également porté le maillot de l’UAV.

JC Bourguignon : En effet, j’ai au sein de l’UAV Rugby joué en minimes, cadets et  juniors.

Par la suite, devant la difficulté de concilier le sport et mon travail, je me suis tourné vers l’arbitrage de matchs de rugby, et ce, durant 20 saisons (1978-1998) pour accéder au niveau de fédérale 2.

Puis je deviens entraîneur toujours au sein de l’UAV des cadets ou juniors durant une dizaine d’années. Et pour terminer, la saison passée, j’ai cessé ma carrière de dirigeant que j’exerçais dans l’entente SAC/UAV au niveau des jeunes.

JDG : Qu’avez-vous fait sur le plan social ?

JC Bourguignon : En 2001, j’ai été à l’initiative de la création de l’association «  Défense des familles des résidents » au sein de l’ancien hôpital de Vic aidé en cela par M. Péré.

JDG : Quand et pourquoi avez-vous décidé de monter une liste pour les municipales ?

JC Bourguignon : En novembre 2018,  porté et soutenu par le groupe minoritaire de Vic, j’ai décidé de constituer une liste dont je donnerai prochainement la composition.

 

Ensemble pour Vic ! Une nouvelle dynamique.

JDG : Quelle est l’orientation de votre programme et comment sera composée votre liste ?

JC Bourguignon : Notre  démarche est résolument positive afin de proposer un nouvel élan pour notre ville tout en restant fidèle à ses racines autour d’un projet fédérateur.

L’équipe est prête. Elle associe jeunesse, compétences et expérience.

Notre programme s’élabore en commun au sein de l’équipe pour gérer la commune en dehors de tout clivage politique avec la population dans le cadre d’une véritable écoute et d’un dialogue permanent.

JDG : Quel maire serez-vous ?

JC Bourguignon : Je serai un maire totalement investi qui favorisera toute l’énergie et l’efficacité de son équipe pour sortir Vic d’une certaine léthargie.

Notre ambition sera d’assurer :

  • la qualité de vie par l’intérêt et le respect de l’environnement ;
  • l’épanouissement de toute la population de par la sécurité, mais aussi la solidarité ;
  • la culture en privilégiant les compétences des associations qui s’investissent dans ce domaine ;
  • le développement économique en étant à l’écoute du présent mais aussi attentif à toute innovation dans la mesure de nos capacités ;
  • la pérennité de l’hôpital public par tous les moyens dont dispose le maire de la commune.

Recueilli par Pierre Dupouy

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles