Menu

Petite parenthèse

gustave-courbet-autoportrait-desespere.jpg

Avoir les jetons

Vous avez vu « Ça » ? Non, pas ça, « Ça », le dernier film d’Andrés Muschietti, tiré du roman sans doute le plus effrayant de Stephen King. Un clown grimaçant et maléfique s’en prend à de pauvres gamins en leur faisant vivre la plus grande terreur de leur vie. Et rien qu’à voir la tête du gus (Gus ?), on n’a pas trop envie de rigoler. Parce que franchement, « Ça » fiche les jetons.

Pas vraiment besoin d’aller perdre la boule au casino pour trouver l’origine de cette expression. Mieux vaut chercher…en soi. Car elle viendrait du verbe « jeter », qui au XIe siècle signifiait « faire jaillir, sortir de soi ». Ce qui ressemble à s’y m’éprendre à évacuer des sécrétions naturelles, comme les larmes, mais aussi des matières beaucoup plus intimes. Et, comme chacun le sait, lorsqu’on a la trouille au ventre, elle finit précipitamment dans les toilettes (dans le meilleur des cas …). Avoir les jetons serait donc l’expression de ce besoin irrépressible d’évacuer, lorsque la peur est plus forte que tout raisonnement.

Alors, avec Halloween qui se profile à l’horizon, son lot de déguisements plus ou moins gores et terrifiants dans la plupart des magasins, nous allons avoir de nombreuses occasions d’avoir les jetons. Surtout s’il faut en plus se méfier des clowns !

Illustration : Gustave Courbet - Le Désespéré

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles