Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le centre de secours de Vic-Fezensac !

Capture d’écran 2022-01-04 194233.jpg

Nous avons eu l'occasion d'échanger avec le lieutenant Pierre Pontier, responsable du centre de secours de Vic-Fezensac, à l'occasion d'une interview pour la radio DFM 930.

Pour ceux qui n'écoutent pas la radio et préfèrent lire Le Journal du Gers (!), voici ci-dessous la première partie de l'échange au cours duquel Pierre Pontier nous a présenté le centre de Vic-Fezensac.

Journal du Gers : Pierre Pontier, pouvez-vous vous présenter  et présenter le centre de secours de Vic-Fezensac que vous dirigez ?

Pierre Pontier :  Je suis le responsable du centre de secours de Vic-Fezensac.

Je suis pompier volontaire depuis 32 ans et responsable du centre de Vic depuis 9 ans.

Mon métier est également pompier professionnel. J’exerce ce métier dans une caserne du centre ville de Toulouse.

Ces deux activités sont indépendantes puisque je dépends en Haute-Garonne du SDIS 31 et pour l’activité dans le Gers, du SDIS 32.

Le centre de secours de Vic intervient sur une vingtaine de communes, Vic-Fezensac, support du centre, 3500 habitants et 19 autres communes avec 3500 habitants de plus.

On totalise sur l’année 550 à 600 interventions par an réalisées par 30 pompiers volontaires tous salariés de la fonction publique ou du privé et également des étudiants.

Journal du Gers :  Pouvez-vous nous parler plus précisément de la section jeunes et de la section seniors du centre ?

Pierre Pontier : La section des jeunes sapeurs-pompiers date de 1983.

Elle a été créée par nos vétérans actuels.

Cette section compte 20 garçons et filles de 16/17 ans qui terminent leur parcours de formation. Ils sont dans leur quatrième année et ils devront l’an prochain valider leur brevet national de jeunes sapeurs pompiers avec peut-être ensuite une intégration dans un centre de secours en tant que pompier volontaire et peut-être plus tard l’accès à un concours pour devenir pompier professionnel ou pour d’autres une carrière militaire au sein de la brigade des pompiers de Paris ou du bataillon de Marseille.

Quant aux vétérans, ils sont une quinzaine, ce sont les retraités à partir de 55 ans, le plus ancien a 89 ans.

On s’inspire de leurs connaissances et de leur expérience pour retrouver nos bases et ils répondent toujours présents quand on les sollicite pour des activités associatives dans le cadre de l’amicale. Les plus jeunes font partie du corps de réservistes du SDIS et ils peuvent nous aider pour des tâches technico-administratives.

Journal du Gers : Pouvez-vous nous dire quelques mots de l’amicale des sapeurs pompiers de Vic ?

Pierre Pontier : L’amicale des sapeurs-pompiers comme dans tous les centres de secours est l’entité associative de la caserne. Elle est essentielle.

On rentre chez les pompiers pour servir mais s’il n’y a pas d’amicale et pas d’esprit associatif, on a du mal à faire durer les carrières.

Tous les événements créés par l’amicale sont de nature à créer des liens entre les personnes qui prennent plus de plaisir à venir au centre de secours et à servir.

Journal du Gers:  Quel est le bilan des interventions de l’année 2021 ?

Pierre Pontier : Le bilan depuis quelques années est stable, 550 à 600 interventions par an et c’est ainsi depuis 4 ou 5 ans.

Même si la situation sanitaire a fait évoluer les chiffres, il demeure que 80 % des interventions relèvent du secours à la personne accompli avec des ambulances, 10 % ce sont des incendies, 10 % des accidents de la circulation et des opérations diverses.

C’est une moyenne nationale et Vic ne déroge pas à cette moyenne.

Journal du Gers : Vous avez activement participé à lutter contre la crise sanitaire. De quelle façon ?

Pierre Pontier : Il y a eu plusieurs objectifs, le premier étant de continuer l’activité de secours sur les actions courantes. Il n’était pas question d’avoir des pompiers malades et de fermer la caserne en raison d’un cluster.

Dès que possible, le personnel s’est fait vacciner de manière à ne pas être contaminant et à pouvoir poursuivre les actions de secours.

Plus tard, nous avons intégré à la demande des autorités le dispositif des centres de vaccination à Vic entre le mois de janvier et de juillet tous les samedis.

Les pompiers étaient mobilisés auprès des personnels de santé et nous avons participé à la vaccination de 2550 personnes sur 6 mois.

Dans un deuxième temps, Pierre Pontier nous avait parlé besoins humains et recrutement.

A suivre...

 

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles