Occitanie naturellement

Image 24052021 2 CPIE.JPG

La biodiversité : un capital inestimable, valorisé par les associations environnementales

Fatma Adda, tête de liste pour le Gers de la liste Occitanie Naturellement portée par Antoine Maurice, était accompagnée de Flavie Roux, Alain Guermat et Geoffrey Saint Aubin, candidat-e-s gersois-e-s, pour échanger avec deux associations environnementales œuvrant dans la préservation de la biodiversité et des espaces naturels, mais aussi la gestion de l'eau et la sensibilisation au développement durable.

Claire Lemouzy, directrice de l'ADASEA (Association de Développement, d'Aménagement et de Services en Environnement et en Agriculture) et Sandrine Leprun, directrice du CPIE (Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement), investies dans leurs missions et reconnues pour leurs compétences, ont exprimé leur satisfecit à notre proposition de préférer aux appels à projets actuels, des conventionnements pluriannuels qui seraient plus sécurisants et pérennes pour mener sereinement les projets qui répondent aux enjeux climatiques. Le maintien ou l'augmentation des emplois n'en serait que plus facilité. Les appels à projets ne devraient concerner que les actions innovantes, expérimentales.

Ces structures sont complètement en cohérence avec leurs objets associatifs, à savoir le développement durable. Et pour les associations qui contribuent à la mise en œuvre de plusieurs politiques publiques, nous défendons l’idée de les rendre éligibles aux subventions pour la rénovation énergétique ou aux aides à l'achat de véhicules partagés avec une motorisation alternative.

Associés pour leur expertise dans les réflexions sur le développement du photovoltaïque ou l'agro-écologie, le CPIE et l'ADASEA font partie de ces associations qui connaissent le terrain et les acteurs, et portent la concertation comme un critère de réussite. Nous souscrivons à la nécessité d’étudier les projets de fermes photovoltaïques au cas par cas pour que leur réalisation ne se fasse pas au détriment du potentiel agricole ou de préservation de la biodiversité (ancienne carrière). L'enthousiasme collectif que nous saluons autour du projet de Parc Naturel Régional d’Astarac démontre une volonté de réduction de l’artificialisation des sols.

La Région écologiste, en lien avec les départements concernés, mettra aussi en place des budgets verts pour permettre une plus importante intégration de l’environnement dans la politique de la Région, et surtout augmentera le budget alloué à la biodiversité essentielle à la santé humaine qui n’est pour le moment que de 0,4% du budget total. Nous développerons par exemple de nouveaux parcs et réserves naturels et viserons  les 30 % du territoire régional en aires protégées.

Dans ces démarches, les compétences des acteurs associatifs seront systématiquement sollicitées.

Communiqué de Fatma Adda.

Photos fournies par L'Occitanie naturellement.

Image 24052021 2 CPIE.JPG
Rencontre au CPIE
image 24052021 1 ADASEA.jpeg
Rencontre à l'ADASEA
Publicité
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles