Menu

Réponse à l’ex-exécutif de la CCBA de Nogaro

0 DR Vincent Gouanelle.jpg

Vincent Gouanelle est serein et veut rassembler

Vincent Gouanelle, nouveau président de la Communauté de communes du Bas-Armagnac (CCBA) (1), nous adresse, le 4 août, la réponse aux « Clarifications » rédigées par Élisabeth Dupuy-Mitterrand, ex-présidente, et Christian Peyret, ex-vice-président de la CCBA et maire de Nogaro (2). Le commentaire qui accompagne le texte lui donne un ton serein (« En pays de mousquetaires il est normal que les fleurets puissent parfois s’échauffer.... »). Nous retenons les points suivants.

Vincent Gouanelle appelle ses « opposants » à « sortir des querelles de cour de récréation » et à manifester « un plus grand respect de l’acte démocratique électoral ». Il note que l’ancien exécutif n’a pas transmis les dossiers.

Bon sens « paysan »

La mandature qui s’ouvre  « sera axée sur le pragmatisme, l’équité et un certain bon sens « paysan » (…) ; les agriculteurs, forces vives de notre territoire, apprécieront forcément (3) ».

De plus, « chaque projet, chaque décision devront nécessairement répondre à l’intérêt suprême du territoire et des contribuables locaux ».

Pas de « monopole du cœur »

S’agissant des solidarités territoriales, « bien évidemment, elles ne seront pas négligées ». Et Vincent Gouanelle interroge : « Faut-il comprendre que certains pensent encore qu’ils détiendraient seuls le monopole du cœur ? »

Répondant à la supposition de faire « travailler plus » le personnel chargé de la voirie, le président rejette « une vision esclavagiste » délirante et compte s’appuyer sur les compétences des agents.

Pas de « mesquinerie anti-nogarolienne »

Enfin, Vincent Gouanelle regrette qu’un « fantasme » ait été avancé  : l’action du nouveau président et de son bureau serait marquée par « une forme de mesquinerie anti-nogarolienne », alors que l’un des vice-présidents est conseiller municipal nogarolien (3) de la liste menée par Christian Peyret. L’action sera tournée vers les 26 communes « avec équité et concertation », donc vers Nogaro aussi. Toutefois, « la communauté de communes ne [doit] pas devenir un service municipal bis, mais bien le lieu de la mutualisation pour tous ».

Texte intégral du texte de Vincent Gouanelle

« Dans les colonnes du Journal du Gers du 3 août dernier, Mme le Maire de Sion, ex présidente de la CCBA, et M le Maire de Nogaro se sont exprimés suite à l’élection du nouveau bureau exécutif de la CCBA avançant alors certaines inquiétudes ou interrogations sur l’avenir de notre territoire.
Il revient au nouveau président de les rassurer mais aussi de les inviter à recouvrer leurs esprits tant la colère est mauvaise conseillère. L’agressivité et la diabolisation du ton de leurs propos peuvent paraître étonnants tant on aurait tendance à penser que leurs longues carrières politiques locales les auraient menés sur la voie de la sagesse et surtout vers un plus grand respect de l’acte démocratique électoral , fondement de notre République. Le résultat de l’élection du 15 juillet dernier est le signe de la volonté des élus communautaires (25 délégués sur 41 dont 18 maires sur 26) de choisir un renouveau basé sur un projet de développement équilibré du territoire plutôt que d’un simple bilan certes riche et à saluer.
L’ouverture invoquée dans les écrits opposants eût pu être envisagée si Mme la Présidente sortante et ses vice-présidents eussent là aussi respecté la tradition républicaine classique d’une passation transitoire entre anciens et nouveaux élus. Ces derniers attendent toujours !
De même, aucune candidature aux postes de vice-présidents autre que ceux présentés par le nouveau président n’a été enregistrée, signe une fois encore d’une dérobade face au jeu démocratique.
Ainsi, la mandature qui s’ouvre autour d’un bureau choisi pour ses compétences et sa détermination à bouger certaines lignes, sera axée sur le pragmatisme, l’équité et un certain bon sens « paysan » même si cela peut déplaire à nos « opposants »; les agriculteurs, forces vives de notre territoire, apprécieront forcément (4).
Autre guide dans l’action à venir : le respect du contribuable qui n’a pas à pâtir de la carence de responsabilisation de certains de leurs élus qui pensent qu’il suffit d’augmenter les taxes locales pour équilibrer un budget. Chaque projet, chaque décision devront nécessairement répondre à l’intérêt suprême du territoire et des contribuables locaux, à l’heure où la crise économique ambiante appelle à la raison et à la responsabilité.
Bien évidemment, les solidarités territoriales ne seront pas négligées notamment en termes de jeunesse, d’habitat des jeunes ou d’habitat précaires, de culture, d’accompagnement des services de proximité comme le prévoient les statuts de la CCBA. Faut il comprendre que certains pensent encore qu’ils détiendraient seuls le monopole du cœur ? Les temps semblent pourtant avoir changé.
La voirie sera également une priorité afin d’améliorer la qualité de nos voies de communication non pas dans une vision délirante  « esclavagiste » mais surtout en s’appuyant sur les compétences avérées des agents intercommunaux, comme dans l’ensemble des services d’ailleurs.
Enfin, il est à regretter le fantasme avancé selon lequel le nouveau président et son bureau inscriraient leur action dans une forme de « mesquinerie anti-nogarolienne », alors même que l’un des vice-présidents est conseiller municipal nogarolien issu de la liste menée par M le Maire. Il y a pire comme expression du mépris.
Notre action sera tournée avec équité et concertation à l’endroit des 26 communes et donc bien évidemment de Nogaro aussi. Toutefois, nous en appellerons à la responsabilité de chacun, la communauté de communes ne devant pas devenir un service municipal bis mais bien le lieu de la mutualisation pour tous.
Il est par conséquent temps de redonner de la hauteur à nos débats, de redevenir sérieux et de sortir des querelles stériles de cour de récréation avec sérénité tant le chantier du mandat qui s’ouvre à nous reste immense pour œuvrer au service de nos concitoyens du bas-armagnac. Ces derniers peuvent alors compter sur chacun d’entre nous pour relever ce défi avec détermination et énergie. »

(1) Vincent Gouanelle est également maire de Bourrouillan et conseiller départemental. (2) Voir ces « Clarifications » (https://lejournaldugers.fr/article/43817-lancien-executif-de-la-ccba-de-nogaro-attaque). (3) Il s’agit de Bernard Hamel (NDLR). (4) Ils apprécieront la critique du "bon sens paysan" faite par l'ancien exécutif (NDLR).

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles