Menu

Petite parenthèse

Capture d’écran (54).jpg

Y en a marre !

Nom de Zeus ! En voilà un que l’on n’avait pas vu venir ! Depuis le passage de l’heure d’été à l’heure d’hiver, c’est comme si on nous avait volé l’automne pendant la nuit. Et sauter du mois d’octobre au mois de janvier direct, c’est comme avaler un mojito avec un cassoulet. Ça passe moyen…

Mine grise, goutte au nez et pieds glacés, les jours passent semblables à des nuits sans fin. Les virus en profitent pour faire la fête avant l’heure, tandis que l’on scrute avec fébrilité le moindre confetti céruléen venu débarrasser le ciel de ses brouillards laineux. Las ! Et dans toutes les conversations, un même leitmotiv, qui n’est pas seulement lié à la météo : « Y en a marre ! »

« En avoir marre », c’est le cri excédé, poussé lorsqu’on en a assez. C’est « Ça suffit, basta ! ».

Pour nous agacer un peu plus, l’origine de l’expression est source de controverses. Pour les uns, elle serait issue de l’ancien français se marrir, qui signifiait s’affliger. Comme être fort marri en fait. Pour d’autres, elle viendrait tout droit de l’espagnol ou de l’arabe. Autre hypothèse, elle serait née de l’argot mar, censé désigner au 19e siècle la part de butin qui revenait aux voleurs. Lorsque ces malfrats avaient leur mar, ils avaient donc leur compte.

Alors, comment faire pour ne pas se laisser submerger par les assauts intempestifs du  mauvais temps qu’accompagnent la chute des feuilles d’impôts et les nuées de sombres nouvelles ?

Renforcer ses défenses immunitaires, et garder la tête haute pour ne pas perdre de vue l’horizon.

Illustration Pixabay.com

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles