Menu

Le protocole de lutte contre les violences faites aux femmes signé à sept mains

unnamed (25).jpg

Santé - Sécurité - Justice sur la même chaîne d'intervention

Dans les locaux de l'hôpital, ce jour, Sylvie Lacarrière, directrice de l'établissement, a reçu Catherine Séguin, préfète, Charlotte Béluet, procureure, Marie-France Pipereau, commissaire directrice de la sécurité publique, Philippe Martin, président du Conseil Départemental, Jean-Louis Ferres, directeur du SDIS , Jean-Luc Vezin, lieutenant-colonel de la Gendarmerie, pour officialiser une action commune, celle de la lutte contre « un fléau qui ne cesse de progresser ».

L'assistance, en nombre, a applaudi à plusieurs reprises les initiatives exposées.

Philippe Martin a rappelé l'accord existant avec le gouvernement qui se traduit par une mobilisation départementale au travers du tissu social : services sociaux, associations, les services médicaux, l'Observatoire Gers solidaire...

Saluant le dialogue réel avec la communauté médicale, il a évoqué le respect du « secret médical  partagé » ; on assiste a-t-il dit « à une explosion des violences conjugales. »

Charlotte Béluet a déploré « qu'il ne se passe pas un jour sans qu'une plainte ne soit déposée », point positif, les femmes, principales victimes, osent parler.

Des chiffres glaçants ont été énoncés par Catherine Séguin :  149 décès en 2019, 7 depuis le 1er janvier sur le plan national.

Dans le Gers en 2018 : 346 cas de violences recensés, en 2019 : 482  
Une augmentation de 8 % pour janvier.

 

Elle a remémoré  trois axes principaux du Grenelle contre les violences conjugales du 3 septembre 2019 :

1/ mettre à l'abri (1000 places d'hébergement d'urgence crées à ce jour) ;
2/ garantir une protection ;
3/ protéger mère et enfant.

Les mesures prises :

  • Création d'un numéro d'urgence, le 3919, imprimé sur les pochettes à pain.
  • 80 postes d'intervenants sociaux.
  • Information auprès des maires : leur rôle en exerçant un devoir citoyen, relais indispensable avec les services de police et de gendarmerie.
  • formation, nomination de référents dans les divers réseaux.

 « C'est une lutte efficace, intense qui doit être menée en continu » a conclu la préfète. 

La signature du protocole par les services du département a concrétisé ce désir fort.

DSC01515.JPG
Une assistance nombreuse et à l'écoute
DSC01535.JPG
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles