Menu

Un  contrat   de   métayage

20180213190824LKzW.jpg

Les  agriculteurs   sont  aujourd’hui   sur  les barrages   isolant  les  villes   manifestant  leur  mal être, ils veulent   qu’on  les entende , que  les  hommes en souliers vernis , et costume  de grand  couturier viennent   partager   un moment  la  vie  précaire  de labeur . 

Ces  décideurs  parisiens   se  sont -ils  un jour  promenés  sur  les collines  d’une   ferme   défavorisée ?.

En  remontant  le temps, on   s’aperçoit  que  le  paysan  a  toujours   travaillé    sous  la tutelle de quelqu’un , autrefois  le  bailleur, aujourd’hui  des  techniciens  et économistes.

Il nous  a  été  remis  un  contrat   de métayage  signé devant notaire  le  21 Mars  1901.Ce  document  porte  les  paraphes  de  l’homme de loi mais aussi  des  deux  parties :les bailleurs Jean Paris  et Marie Espéron  ainsi que les  bordiers Louis   Bernès   et  Louise Larrieu, son épouse .Y  est  ajouté :Mme Paris  a  déclaré   ne  pas  savoir  signer .

Il  a  été  convenu et arrêté  ce  qui suit M et  Mme  Paris  assurent  la propriété   de Peymadone à  moitié  perte  et  moitié profit  à M.Bernès  et Mme Larrieu son  épouse  demeurant à  Barran ,pour  une   durée  de  5 ans  à partir de  La  Toussaint  1901

Article  1 –les   bailleurs  assurent   qu’on  peut  récolter sûrement   25 hl  de blé  sur  la propriété .

Article  3 –le   bailleur  partagera par moitié  avec le  bordier , le  blé , l’avoine,le maïs ,le   trèfle, le sainfoin ,la  luzerne, la vendange  sauf  celle  provenant   des  vignes   des Polognes  ( lieu –dit  d’une  parcelle de terrain)  qui  sera   au profit  du bordier .

Article   4 partage  au tiers :1/3 pour  le   bailleur , 2/3  pour   le bordier : orge  , fèves, pommes  de terre et  autres  espèces  de  récoltes  minimes .Les  bailleurs  pourront  cueillir  ce  dont  ils  auront  besoin  pour   leur  ménage Article  5 : il sera  réservé au bailleur  deux  carrés  de jardin  du  ruisseau  à  la haie du Nord et une  pièce de  terre    située  au couchant ( ouest )

    Article  6 – le   bois  de chauffage  pour vendre  sera  à moitié         mais le  transport  sera  effectué   par  le bordier et  la  coupe  fixée  par le  propriétaire .Le   paiement de    la  batteuse     sera  à  moitié.

Article  7-les  fruits  des  arbres :les  bailleurs  seront libres  d’en prendre  pour leur consommation.Le  cheval  sera  au  service du bailleur et   nourri    sur  la  propriété.Le bordier  pourra  s’en   servir  quand  le  propriétaire n’en  aura pas   besoin.

Article  8 :il sera acheté : 700  kilos  de superphosphate par   moitié  pour le  blé,et  le  bailleur  en  achètera  600   kilos  pour  les  fourrages.

Article  10 : le   bordier     ne  pourra  abattre  aucun arbre    sans  le  consentement  du  bailleur.

Article    12 :  le  bordier   donnera  au  bailleur 30  têtes  de  volailles, 10  douzaines  d’œufs   moitié à   la  Saint   Jean   et  moitié  à la Toussaint .Les  oies  ,les  canards,les  dindons,les cochons  seront  à moitié.

Article   11 :  le  bailleur  se  réserve  le droit  de  prendre   le  bois  de  chauffage  au  tas  du  bordier  .

Article 14 :Il  sera   semé   11  hl  de  blé,3  hl d’avoine  et  1 hl d’orge.

Suit   l’inventaire     de   ce  qui  est  laissé  par  le propriétaire  sur  la  ferme :15  têtes  de  bétail  estimées : 2 810  francs  -  2  chars   à  4 roues  dont  un  avec  essieu  en fer  et  l’autre  essieu  en bois  estimés chacun 150  francs,  un  tombereau  avec   essieu  de fer estimé  60 francs – un hérisson(il s’agissait  d’un rouleau  garni   de  pointes  de fer   qui servait à briser  les  mottes  après  les labours)-valeur : 80 francs, une  herse  estimée 12 francs

-un  tombereau   en mauvais    état  ,non  estimé.

« Bétail  en gazaille » 

 On   nous  a parlé  d’une  autre   formule d’exploitation  du  paysan :

On  achetait    des bêtes   à  un bon prix  souvent  en raison  d’un état   parfois  médiocre  et  on  les  plaçait  dans une ferme  où  bien nourries  elles   allaient  devenir  bonnes   bêtes  de  foire  et  intéresser  les   bouchers.

L’éleveur  devait  recevoir  la moitié  de  la progression  du  prix  de la bête – C’est  là que  le   bât  blessait , trop estimée  au  départ   la marge  bénéficiaire    était   réduite  -   C ’était  l’opération qu’on  appelait   «  bétail en  gazaille ».

Pierre    Dupouy

attelage.jpg
Paire de bœufs de travail figurant dans l'inventaire
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles