La chandeleur

LES  CREPES  DE  LA  CHANDELEUR…..recettes de   grands-mères

 

     On   fait  encore  des  crêpes   pour  la    chandeleur,   gazinière  intégrée , pâte  toute  prête   vidée  d’un  brick   ou parfois  sachet  à  hydrater  .On  se  souvient  que pour   avoir de l’argent toute  l’année    il faut   faire  sauter la  première    crêpe  sur  le buffet  en tenant  dans l’autre   main  une pièce de  monnaie., mais  a –t-on   encore  le coup  de  poignet  pour cet exercice .Du temps  des   grands -  mères   les  crêpes  de  chandeleur se  confectionnaient   dans  une   ambiance  de   traditions  avec  présence des  sorcières   .Ma grand  mère  préparait la pâte   dans une  « grésale »   (  récipient en terre ) très évasé ..  farine   tamisée   deux  fois  et   du  blé  de  la   maison, moulu par   le voisin  meunier. On y  râpait  de  la  peau   d’orange, et  ma  grand - mère   sortait du  fond du placard  un  flacon  avec  une  étiquette  plus ou  moins  arrachée , il s’agissait  du  célèbre   « parfum   pour crèpes »    crée par   un   pharmacien  de Vic  . Elle   préparait    un  grand  feu  dans   la cheminée  et  plaçait   une barre de fer   entre  les   deux   chenêts  qui   allait   soutenir  les  trois  poêles  contre    la cheminée. Elle  graissait  le  fond  de poêles  avec un morceau de  lard  puis versait  la pâte, sa main   effectuait  des mouvements   pour   bien   la répartir.  Les   chats devaient   marquer dans le calendrier  ce  jour  de  la  chandeleur , car  ils  étaient  chassés  de  la  cuisine  à  coups   de balais ,  étonnement  de Cendrette  qui  mettait  ses  pattes   dans   la ,  cendre ,  du  matou  qui  avait son fauteuil ;.. Ma  grand -mère   tirait  le lourd   verrou   de la   porte     en   hurlant    une    formule  magique   «  Nou cal   ni  besin,ni besino, ni  gats   den    la  cousino cal  barra  lous   troucs, la porto et lou  fenestrou » ( il  ne  faut   ni voisin , ni voisine  ,ni  chat  dans la  cuisine.Il faut   fermer  la porte  et  la petite  fenêtre ;.  Dans   le cahier  , bien  calligraphié des   recettes, on trouvait la  suite  des  rites   à  accomplir, faire  sauter   la crêpe, notamment  tirer   un coup   de fusil dans la cheminée pour   effrayer  les   sorcières . Une  des grands-mères,en pliant  les  crêpes    aimait    bien  raconter   cette  histoire   : «   Pour  la chandeleur , un  fermière   faisait  des   crêpes , entre  à  ce   moment là un chat  noir , et  les crêpes  collent  à la poêle , celles  qu’elle veut faire  sauter  , s’envolent    dans  la cheminée. Excédée  la  cuisinière ,   jette  une  crêpe   brûlante sur le museau  du chat  qui s’échappe  en miaulant  de  douleur .Le  lendemain  ne  voyant  pas  sa  voisine  , elle  se  rend  chez   elle,et  la trouve  au lit avec  un large   pansement sur   le  visage et elle  l’accuse  de  l’avoir brûlée la veille  ,et lui  promet   de se venger   tout   au  long  de   l’année  et effectivement    toutes   les   économies  disparaissent, les  confits  sortent des  pots  de  graisse . D’où  suivre ces  quelques   règles pour   que  les  sorcières ne  soient  pas  attirées   par  les  crêpes .        

DSCF3274.JPG
Pas de chat dans la cuisine (dessin de Pierre Delinière)
Publicité
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles