L'opposition au maire de Condom existe bel et bien

Ensemble pour Condom en Ténarèze 20210629082616ctKk.jpg

... et elle entend le prouver, notamment par le biais de ce communiqué adressé à l'ensemble des Condomois

Les élus d’Ensemble pour Condom en Ténarèze entendent réagir suite au dernier conseil municipal et au dernier bulletin municipal.

Concernant le snack de la SAC : il convient de rappeler qu’initialement, le projet était chiffré à :

  • 135.720 € HT (conseil municipal du 25 mars 2021),
  • dans le Bulletin Municipal de juin 2021, le montant annoncé était de 156.492 € HT,
  • puis 281.492 € HT le 10 juin 2021
  • pour finir enfin à 355.353 € HT le 21 décembre 2021.

De fait ce n’est pas + 26 % de hausse mais + 162 % (+219.633 €) par rapport au mois de mars 2021, étant précisé que la somme de 135.720 € a été présentée comme étant le coût du projet lors du vote du budget et non comme une tranche de travaux.

À ce montant de 355.353 € HT, il convient d’ajouter les frais d’étude et les honoraires et on frôlera les 400.000 € pour une salle à usage exclusif de la SAC, d’une capacité maximale de cent personnes, ne permettant pas ainsi d’accueillir les repas d’avant match, sauf à considérer que ceux-ci se limiteront à moins de cent personnes ce qui révèle un réel manque d’ambition pour le club.

Pour mémoire, l’agrandissement de l’ancien snack permettait d’accueillir deux-cents personnes pour un coût de 250.000 €.

L’abandon de ce projet par l’actuelle majorité représente :

  • un surcoût de 150.000 € pour les Condomois ;

  • une baisse de moitié de la capacité d’accueil ;

  • et il a été fatal à plusieurs arbres...

Mais il démontre encore une fois que le budget et les comptes de la commune ne sont pas si contraints que cela. Ces 150.000 € auraient pu être utilisés pour réaliser les travaux nécessaires à la tribune d’honneur qui devront être entrepris rapidement.

Photo Marc Le Saux

Concernant l’immeuble quai Buzon : la revente de ce bien est une opération blanche pour la commune (en effet, le prix de cession correspond au prix d’achat 30.000 € majoré des frais d’acquisition et d’intervention). Néanmoins, nous considérons que c’est une erreur dès lors qu’elle prive la commune d’un emplacement de plus de 1.100 m² qui représentait une chance pour l’aménagement de l’espace public en permettant de réhabiliter et sécuriser ce quartier avec la ruelle Sabathier, la rue Gavarret et la ruelle Bazax, profitant ainsi également aux commerces et riverains de la place de la Liberté.

Concernant ces derniers, nous sommes certains qu’ils sont ravis d’apprendre que Monsieur le Maire et son équipe, de façon réfléchie et pertinente, considèrent que, dans ce secteur, il n’y a pas de “préoccupation” concernant le stationnement et ce, d’autant plus que le parking rue du Puits (rue Dutoya) à l’autre extrémité des allées, à plus de 500 m, est souvent vide (ce qui est faux, il n’est jamais plein et il y a beaucoup de rotations)…. Il est vrai que beaucoup de consommateurs vont aller se garer rue du Puits pour aller ensuite place de la Liberté.... .

Au-delà du coût invoqué de façon abstraite par Monsieur le Maire (sans étude ou présentation en commission), on peut s’interroger sur les motivations exactes de cette décision et sur le refus de Monsieur le Maire d’informer les représentants des Condomois sur les projets et la destination qu’entend donner le futur acquéreur à cet immeuble.

Est-ce uniquement la volonté de réaliser des promesses électorales pour satisfaire l’intérêt de certain, associée à une absence de vision structurante de l’aménagement de l’espace public ?

Ou est-ce uniquement le refus de Monsieur le Maire de poursuivre un projet de l’ancienne municipalité ou de prendre à son compte une proposition qui émane de l’opposition (exemple, les marchés flottants proposés par Madame Gisèle Biémouret) ? Peut-être les deux !

Pour conclure, nous souhaitons rassurer Monsieur le Maire, nous existons et nous ne recherchons nullement à “exister” contrairement à ses affirmations dans le dernier bulletin municipal.

Par contre, c’est lui qui, par son refus de répondre favorablement à toutes les demandes d’informations de l’opposition en commission (ou il n’existe aucun débat) ou en conseil municipal, (l’exemple du Quai Buzon en est la parfaite illustration), refuse tout dialogue ou travail collectif dans l’intérêt de Condom !

Et ce alors même que plus de 60 % des Condomois n’ont pas voté pour lui et son équipe !

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles