Gérard Dubrac : "Condom a été l'essentiel de ma vie pendant de longues années"

Dubrac P1030575.jpg

... et c'est son ancien adversaire, Jean-François Rousse, qui l'honore pour ce parcours

Lors de sa cérémonie d'investiture, le 4 juillet 2020, Jean-François Rousse l'avait promis à celui à qui il succédait. Au moment de lui ofrir l'écharpe de maire, il avait annoncé à Gérard Dubrac, s'il ne s'y opposait pas, son intention de demander à la Préfète du Gers que lui soit décerné le titre de Maire Honoraire de la cité.

Gérard Dubrac ne s'y est pas opposé et on retrouve les deux hommes pour une cérémonie très simple, en petit comité, avec, réunis dans la salle du conseil, des élus des deux dernières équipes municpales, la précédente et l'actuelle.

Adversaires d'hier regroupés dans un même lieu car quand vous avez été dans l'opposition, cela rend meilleur et Gérard Dubrac en a l'expérience : "J'ai même fait six ans d'opposition pour voir ce que cela donnait." 

En effet, il avait été très longtemps dans le camp des gagnants depuis octobre 1982, époque où Jacques Laurent était venu le chercher pour rentrer dans l'équipe de Jean Dubos, une mission qu'il avait acceptée, sans rien connaîte de la politique à l'époque, uniquement absorbé qu'il était par ses études et les domaines scientifiques et mathématiques qui le passionnaient. Cela ne devait pas prendre de son temps, on le lui avait promis.

Mais dès 1983, il se retrouvait adjoint de Jean Dubos et découvrait ainsi la "chose publique" : s'intéresser aux autres, chercher des solutions et tenter de faire mieux, toujours mieux pour sa ville et ses concitoyens. Alors, ensuite après sa première élection en 1995, il s'est totalement dévoué à cette "chose publique" et ce jusqu'au moment où il a fait le choix de s'arrêter "parce qu'à un moment, il faut savoir passer la main et savoir ne pas déranger car, quand on reste trop longtemps, on dérange." 

Trente-sept ans au service de la ville dont dix-huit ans passés à sa tête, avec un unique intermède pendant lequel Bernard Gallardo l'avait remplacé en tant que maire de 2008 à 2014 et où il s'est alors retrouvé dans l'opposition, avec face à lui dans l'équipe Gallardo, un certain Jean-François Rousse.

Celui-là même qui est donc à l'origine de cette distinction conférée par arrêté préfectoral. L'honorariat correspond à la volonté légitime d’exprimer la reconnaissance de la nation à l’égard de ceux qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes, au service de leurs concitoyens, dans un esprit de civisme et de bénévolat. Pour Jean-François Rousse, il en est certain : "... cette formule résume on ne peut mieux, les qualités qui jalonnent le parcours de Gérard Dubrac et l’expérience accumulée au fil des ans, des rencontres, des projets et des mandats".

Après la remise du diplôme officiel, Ainhoa Biben-Dumartin, la maire junior, remet son cadeau à Gérard Dubrac.

"Vous avez su transformer notre ville et faire entrer notre commune dans un siècle nouveau." Difficile pour le maire actuel de lister les nombreuses réalisations que la ville doit à son prédeccesseur mais Gérard Dubrac lui retient, en priorité, sa première lorsqu'en charge des affaires sociales, en juillet 1983, tout nouveau chargé des affaires sociales, il met en place le service de soins à domicile sur les trois cantons, une ouverture sur le social pour lequel il a fallu faire un grand travail de terrain dans tout le secteur de la Ténarèze. Un avant-goût des coopérations intercommunales pour lui qui fut ensuite à l'origine de la création de la communauté de communes (CCT).

Dorénavant, Condom s'inscrit alors dans une optique de grand territoire et cela a permis de mettre en place une autre des ses fiertés, la création du CIAS (Centre Intercommunal d'Action Sociale).

Mais, pour Gérard Dubrac, l'œuvre des élus consiste aussi à bâtir et s'occuper du cadre de vie des citoyens, de la rénovation de la ville. Avoir transformé une ancienne école en un Hôtel de Ville resplendissant est l'une de ses satisfactions, de même que l'aménagement des promenades voisines, même si pour ce dernier chantier, il a eu besoin de sa force de persuasion et surtout de la volonté d'aller au bout de l'objectif. Ce comportement, relevé par Jean-François Rousse, s'avère être le contraire du renoncement synonyme d'immobilisme.

Pour accomplir sa tâche, Gérard Dubrac n'était pas seul, c'est pourquoi il a bien sûr remercié tous ses collègues élus, mais aussi tous les administratifs, directeurs et personnel, avec qui il a travaillé. En effet, si les élus décident, ce sont eux qui se mettent à la tâche et de reconnaître "Combien de fois ai-je dit "Je" alors que je n'avais que la volonté de faire. Merci à vous tous, si j'ai fait toutes ces années pour la collectivité, je n'ai pu le faire que parce que vous étiez là autour de moi."

"J'aime Condom qui a été l'essentiel de ma vie pendant toutes ces années et l'essentiel pour les Condomois ait qu'il y ait une continuité."

Gérard Dubrac souhaite, en conclusion, bonne chance à la nouvelle équipe. Il va dorénavant pouvoir prendre un peu de hauteur pour les observer à distance... Eh oui, le cadeau, surprise, il s'agit d'un drone !

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles