Les Alsaciens en visite dans leur ville jumelle

Rixheimois en balade.JPG

Accompagnée par Rachel Baechtel, la nouvelle maire de Rixheim, depuis la dernière élection en 2020

Comme prévu, une délégation de la ville de Rixheim jumelée avec notre canton, conduite par Rachel Baetchel, maire de cette ville se situant dans la banlieue de Mulhouse, était l’hôte de Valence-sur-Baïse, ce week-end.

Le groupe composé de dix personnes hébergées chez l’habitant venait pour accompagner deux manifestations.

La première se déroulait sitôt leur arrivée dans notre bastide. Elle avait pour cadre l’Espace-Culturel qui accueille, pour un mois, la remarquable exposition réalisée par la Société d’Histoire de Rixheim. Et qui mieux que Thoma Christian, le président de cette société savante, pouvait nous la présenter. Composée de trente-deux panneaux richement illustrés, elle raconte l’évacuation de la population rixheimoise le 16 mai 1940 qui les conduisit dans notre canton et dont un des réfugiés fut hébergé à Rozès. Il s’appelle François Grumet et permit à force de persévérance, de créer un jumelage avec le regretté Serge Delor qui trouve encore ces jours-ci l’occasion d’être mis à l’honneur avec l’inauguration d’une rue de Rixheim, à Beaucaire-sur-Baïse.

Rachel Baetchel au centre de la photo, avec à ses côtés, Jean-Louis Ducournau et Barbara Herbaut

Dans son discours Rachel Baetchel se plaisait à souligner que quatre-vingt-neuf Rixheimois y logèrent de juin à septembre 1940. Elle rappelait avec émotion qu’une petite fille, Lucie Weber, âgée de 13 ans à l’époque, y passa avec succès son certificat d’études à Valence-sur-Baïse où elle avait été conduite en carriole par Monsieur Rosiers. Elle eut le bonheur de l’obtenir sans avoir à passer l’épreuve de travail manuel dont elle fut dispensée en raison de sa grande fatigue suite au long voyage en train !

Ce témoignage comme beaucoup d’autres, vous pouvez les retrouver dans les différents panneaux exposés à l’Espace-Culturel. Nos hôtes sont repartis après un séjour plein. Visites de villages du canton, de l’abbaye de Flaran, ponctuées de moments très conviviaux, meublèrent un emploi du temps très fourni.

Pour certains, c’était leur première visite dans le Gers. Comme d’habitude, l’ambiance fut chaleureuse. Les retrouvailles entre nos deux présidents des sociétés de jumelage, Jean Renno, l’Alsacien, Jean-Louis Ducournau, le Gascon, attestent de la solidité des liens noués entre deux populations dans l’adversité. Nous en sommes extrêmement ravis pour les deux concepteurs et avons une pensée émue pour François Grumet, absent physiquement d’une nouvelle rencontre, mais certainement présent par la pensée pour un énième séjour fortifiant un jumelage vivace.

Jean Renno, l'homme à la chemise à carreaux, et Jean-Louis Ducournau, le Gersois.

Et pour avoir hébergé Barbara Herbaut, 3e adjointe en charge des jumelages, nous savons que nous avons en cette charmante et qualifiée personne un très bon représentant.

Claude Laffargue

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles