Menu

Video - Grippe aviaire: La colère d'un éleveur de canards contre l'inaction des syndicats et des politiques

CANDELON.jpg

Lionel Candelon, éleveur de canards, dénonce l'inaction de la FNSEA, du CIFOG, des chambres consulaires et de certains hommes politiques sur le sujet de la grippe aviaire

Déjà plus de 5 000 vues en moins de 24h pour cette vidéo de 30 minutes, partagée sur facebook (lien en fin d'article). L'éleveur gersois Lionel Candelon, Président des "canards en colère", dénonce le raz le bol de la profession suite à l'inaction de la FNSEA, des chambres d'agriculture, du CIFOG, et de certains hommes politiques.

"Quand on a un vaccin et qu'on laisse une filière entière se faire décimer trois fois en cinq ans, c'est pitoyable"

L'agriculteur est excédé par l'ensemble des acteurs syndicaux et consulaires; Il indique notamment dans cette vidéo: "On a un vaccin qui marche mais on a aucun stock car les doses n'ont pas été commandées. La FNSEA doit arrêter de se jeter des lauriers. Quand on laisse une filière entière se faire décimer trois fois en cinq ans, c'est pitoyable ! "

"On va abattre plus d'un million de canards"

"Le virus est dans le Gers depuis dimanche. On va tous y passer ! Les canards vont tous sortir dans une benne. On va abattre plus d'un million de canard sur les départements des Landes, du Gers et des Pyrénées Atlantiques ". Et il ajoute: "Vous n'avez jamais rien fait, vous laissez crever les bêtes".

La FNSEA et le CIFOG dans le collimateur

L'agriculteur reproche de nombreux manquements à la FNSEA, au CIFOG (Comité Interprofessionnel des Palmipèdes à Foie Gras), aux chambres d'agriculture et même à certains acteurs politiques comme Jean-René Cazeneuve qu'il cite dans la vidéo.

Il souhaite une indemnisation aussi pour la filière située en aval, comme le gavage, qui n'a rien obtenu en 2017. Il veut voir accélérer les dossiers d'indemnisation. Et il demande également une indemnisation courvant la perte réelle. "En 2017, il y a eu beaucoup d'injustice; certains ont été très mal indemnisés et d'autres grassement".

"Si vous êtes des gros incapables et que vous ne savez pas comment faire, donnez 1000€ par exploitant, issus des prélèvements à 1 centime sur les canetons, pour que les éleveurs puissent manger ! La MSA vient de tomber et les agriculteurs sont à sec" fulmine t-il.

La politique de test est inadaptée

L'éleveur demande par ailleurs la mise en place de tests PCR pertinents. "20 PCR par tranche de 5000 canards. Aujourd'hui tout le monde en fait 20 et cela n'a aucun sens. Des éleveurs ont 1000 canards et d'autres 20000. D'autre part, il y a trop de délai pour les résultats. Ca fait trois ans qu'on demande des labos dans le sud ouest pour valider les tests en 24h au lieu d'une semaine aujourd'hui en région parisienne"

"L'année prochaine, on fera du plein air avec le vaccin existant !"

Il dénonce la proposition de la présidente de la chambre d'agriculture des Landes, Marie-Hélène Cazaubon. "Faire des bâtiments pour confiner du canard l'hiver, c'est mort. Il n'y aura jamais la trésorerie. La connerie maintenant c'est stop !". L'éleveur indique qu'il est hors de question pour la filière de confiner. Pour lui, l'année prochaine, il faudra nécessairement opter pour la solution du vaccin existant et qui a prouvé ses effets.

Pour voir la vidéo, cliquer icihttps://www.facebook.com/max.riderffmc/videos/3575824199173576

 

 

 

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles