Les architectes en devenir dans la bastide...

Diagnostic Flaran Valence.JPG

Où en sont-ils après leur visite de début octobre ?

La venue d’un groupe d’étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Toulouse avait été évoquée  dans un article en date du 4 octobre dernier. La raison de leur venue était de travailler à une liaison entre l’abbaye et la bastide.

Reçus par Madame le Maire Maïthé Broca-Lannaud et les Valenciens en charge de la promotion de notre village, ils faisaient connaissance avec les attentes locales.

Le jeudi 1er octobre, arrivés aux alentours de 11 heures, sous la conduite d'Aymeric Guillot, chargé de leur commenter la visite, ils montaient au belvédère de l’église pour observer la campagne environnante. Ils retrouvaient ainsi, dans leur champ de vision, le castelnau de Maignaut-Tauzia où ils étaient allés admirer juste avant la vue panoramique sur Valence-sur-Baïse. Puis ils se rendaient à la salle des fêtes où ils étaient accueillis notamment par Michel Novarini. Avant de rejoindre Flaran dans l’après-midi, un repas servi dans la salle des fêtes auquel participait Maïthé Broca-Lannaud, permettait aux étudiants de faire plus ample connaissance avec les acteurs du développement touristique valencien dont Christian Lecoq, le président de la commission extra-municipale pour la création d’un centre multi-culturel. Ces étudiants ont pu ainsi mieux appréhender la demande d’une liaison avec Flaran qui s’appuie sur un formidable tapis patrimonial présent autour du joyau qu’est l’abbaye cistercienne. Flaran a été distinguée en devenant avec Baïse-Armagnac Grand Site de Midi-Pyrénées, il n’est pas déraisonnable d’espérer l’émergence d’un couple Flaran/Valence, Abbaye/Bastide, situé à l’épicentre du phénomène qui vit l’éclosion de centaines de villes nouvelles au moyen-âge.

A la suite de cette première visite, ils devaient procéder à un rendu intermédiaire pour faire le point sur leurs travaux.

Malheureusement, la mise en place d’un nouveau confinement ne permettra pas cette nouvelle rencontre.

Pour être en contact avec eux, sachons qu’ils ont constitué des groupes de travail, des trinômes dont les thèmes concernent l’eau, la notion de point de vue, l’attractivité, les mobilités, le patrimoine.

Tout en respectant les consignes gouvernementales relatives à un nouveau confinement, ils continuent à travailler à leur mission pour laquelle, et il faut s’en féliciter, ils recueillent de nombreuses collaborations dont la dernière en date, celle de la Chambre d’Agriculture du Gers.

Claude Laffargue

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles