Jean-Louis Munari : « Que le rugby reprenne ses droits ! »

13.jpg

Comme partout en France, les clubs gersois sont fin prêts à refouler les gazons. Avec de belles affiches en perspectives.

Jean-Louis Munari, président du Comité départemental de rugby du Gers depuis 2016, comme tous les joueurs et le public, est dans l’impatience de retrouver le chemin des stades. Après six mois de sevrage rugbystique, l’Ovalie est prête à se remettre en marche. Non sans appréhension.

- Monsieur Munari, dans moins de deux semaines, sera donné le coup d’envoi de la saison 2020-2021. Par rapport au contexte actuel, avez-vous des craintes ?

- Des craintes, on ne peut pas trop le dire. Des incertitudes, c’est certain. C’est une saloperie, ce Covid. Et un staff avec les joueurs, c’est trente personnes ; il y a des risques.

- Dans quel état d’esprit sont les clubs en ce moment ?

- Les clubs sont confiants et tant mieux pour eux. Ils ont envie que ça reprenne. Et tout le monde d’ailleurs a envie que ça reprenne. L’automne va arriver, et sachez que le dimanche après-midi dans nos campagnes ça risque d’être un peu tristounet.

- D’autant plus que, cette saison, on va retrouver trois clubs gersois (Fleurance, Auch et Lombez-Samatan) en Fédérale 1 dans la même poule.

- Oui, c’est très bien. Mais il ne faut pas oublier les clubs de Fédérale 2 et ceux de Fédérale 3 (deux) (quatre). Et puis il y a tous ceux qu’on appelle les sans grade, ce n’est pas péjoratif, toux les clubs en Série, et il y en a dix-neuf… C’est vrai que cette année en Fédérale 1, ça va être sympa parce qu’il va y avoir six derbies.

- Quel est votre pronostic pour chacun de ces trois clubs de l’élite départementale ?

- Je n’ai pas de pronostic. Un président de Comité départemental doit rester neutre. Je sais que Fleurance, Auch et Lombez-Samatan sont assez formateurs. Ils essaient de récupérer un peu les meilleurs joueurs juniors du Gers, et, tant mieux, parce que ça c’est important, sinon ça va être une envolée de moineaux ; les gamins les plus doués risquent de partir soit sur Agen ou vers Toulouse. Moi, ce que je souhaite, c’est que tous ces derbies se passent bien, dans un bon esprit, qu’on voit du jeu et que le rugby reprenne ses droits… En espérant qu’il n’y aura pas de cas (Covid). Je pense que chacun doit y mettre du sien. Que le rugby reprenne, parce qu’on en a besoin. Vous savez, moi, je suis de Marciac. Même s’il y a le jazz, l’été, l’hiver, le rugby est important. Le public reste fidèle dans chaque club. Regardez le RC Auch ; je suis impressionné par l’affluence de son public. Même en Fédérale 2 ou 3, ce sont des clubs qui méritent le respect parce que ce n’est pas évident. Il est plus évident d’être président de Comité départemental que président de club.

image.jpg
Jean-Louis Munari, président du Comité départemental de rugby du Gers (photo : La Dépêche du Midi).
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles