Menu

Turquie : Sainte-Sophie devient musulmane. Et alors ?

Sainte-Sophie 1.jpg

Depuis quelques jours, à travers le monde, de nombreuses voix s’élèvent en choeur pour crier au scandale et à l’indignation. La célèbre basilique Sainte-Sophie à Istanbul va devenir mosquée ! Le 24 juillet, première prière.

Joyaux du christianisme, Sainte Sophie a été construite au IVe siècle, puis reconstruite bien plus grande au VIe siècle sous l’empereur byzantin Justinien. Depuis des siècles des millions de Chrétiens firent le pèlerinage jusqu’à Istanbul, l’ancienne Constantinople, pour y admirer la Grande Eglise dédiée au Christ.

Mais le 10 juillet dernier, le président turc Recep Tayyib Erdogan a annoncé qu’elle serait désormais dédiée au culte musulman. La basilique devient mosquée. C’est alors que s’élève des quatre coins de la planète un tsunami de protestations, plus ou moins élevées. Il y a de quoi rire… jaune.

Des protestations bien molles, hypocrites pour la plupart, ou purement pour la forme. Surtout dans notre beau « royaume » de France, où il y a belle lurette que l’on a jeté aux orties le Christ et ses Saints. Depuis 1789 et l’oeuvre de destruction ourdie par la franc-maçonnerie, jusqu’à 1905, nouvelle étape du travail de sape pour miner l’Église de Rome, les Français, aveuglés par les sophismes républicains, n’ont eu de cesse de cracher dans le bénitier. Certes, pour le folklore, on garde quelques traditions. Mais c’est tout.

La Turquie, pays souverain

Mais revenons à nos moutons… turcs. Le monde s’indigne, donc. Mais de quoi ? Istanbul n’est-elle pas en Turquie ? La Turquie n’est-elle pas un pays musulman ? La Turquie, en tant que nation et état, n’a-t-elle pas des droits souverains ? Oui, bien entendu. Contrairement à la France (et les autres pays de l’UE), les Turcs sont maîtres chez eux, en Turquie ; et n’ont aucun ordre à recevoir de l’extérieur de leurs frontières. Chose à laquelle nous avons depuis longtemps renoncé.

Peuple fort aux traditions bien ancrées dans leur chair, les Turcs ont l’amour de leur pays, leur Histoire, leur religion, leur drapeau. Et entendent garder leur souveraineté, comme le fait bien comprendre Erdogan.

Oui, en tant que chrétien, c’est triste de voir une telle basilique transformée en mosquée. Mais si nous-mêmes, au lieu de pleurnicher (ou faire semblant), nous revenions un peu à nos racines sur notre propre territoire, peut-être que nous pourrions alors percevoir les choses autrement. Il n’y a qu’à se balader dans la campagne gersoise pour voir ses nombreuses églises et chapelles tomber en ruine. Personne ne s’en émeut.

Il faut rappeler que Sainte-Sophie avait déjà été convertie en mosquée ; c’était en 1453, après la prise de Constantinople par les Ottomans.

Parmi les nombreuses réactions, celle de Grèce, dont la ministre de la culture Lina Mendoni a parlé de « provocation envers le monde civilisé… le nationalisme dont fait preuve Erdogan ramène son pays dix ans en arrière ». Une insulte pour la Turquie et les Musulmans. Non !, Madame la ministre grecque ; justement, vous qui êtes native d’un des berceaux de notre civilisation (Athènes, l’autre étant Rome), vous devriez savoir ce qu’est l’amour d’un pays. Quant au pape François, qui s’est dit « très affligé », inutile de s’y attarder. Ce Saint-Père qui, depuis qu’il est sur le trône de Saint-Pierre, agît à chaque fois, ou presque, contre les principes mêmes du catholicisme.

Sainte-Sophie 2.jpg
-349008.jpg
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles