Menu

Ciel, mon village !

montaut les creneaux.JPG

Vous connaissez votre village dans ses moindres détails, ses ruelles, ses places, ses monuments, ses fontaines… Mais savez-vous à quoi il ressemble  vu du ciel ?

Cette semaine, le Journal du Gers vous propose une petite balade depuis le drone de Laurent Lainé, avec un village à découvrir tous les jours.

Une bonne occasion également pour tous ceux qui n’ont pas la chance de partir en vacances de découvrir la région, sous un nouvel angle.

Alors, quelle est cette commune, en photo de une ?... Réponse, demain !

Hier, il fallait reconnaître Lupiac, « le village des loups », qui dut attendre jusqu’en 1850 pour les voir disparaître définitivement de son territoire. Il est surtout connu pour être le berceau du mousquetaire rendu célèbre par Alexandre Dumas. Car c’est ici que naquit, vers 1613, Charles de Batz de Castelmore, alias d’Artagnan, avant de « monter à la capitale » à l’âge de 17 ans, pour devenir capitaine des Mousquetaires, et homme de confiance de Louis XIV.

Édifié et fortifié en 1090, Lupiac est l’un des plus anciens castelnaux de Gascogne. Au XVIème siècle, il était considéré comme place de guerre importante, possédant enceinte, fosses, portes avec herses et tours crénelées.

La plupart des dix églises et quatre chapelles, que comptait ce qui était, à l’époque, un chef-lieu de canton très actif, ainsi que la tour de la place servant de prison, furent démolies durant la Révolution.

Le visiteur s’y arrêtera pour observer, au cœur des maisons à colombages et face au château de Lamotte d’Izault, qui abrite aujourd’hui la mairie, la statue de d’Artagnan à cheval. Un bronze de 3,50 mètres de haut, œuvre de Daphnée du Barry, marquant le départ de la future Route Européenne d’Artagnan, qui reliera Lupiac à Maastricht où mourut le mousquetaire. Une photo s’impose.

Un peu plus loin, l’histoire se prolonge avec le musée dédié à l’enfant du pays. Au mois d’août, Lupiac organise la reconstitution historique d’un jour de foire, où se côtoient mousquetaires, nobles, artisans, bohémiennes, lavandières, venus discuter, travailler, danser, séduire… ou croiser le fer !

Lors des chaudes journées estivales, on profitera de la plage de sable blanc du lac, surplombé par le Château de Lacoste (XVIIIème siècle) et ses six hectares de parc, devenu site événementiel et d’hébergements.

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles