Menu

Fleurance vient de brûler un joker

IMG_5565.JPG

En s'inclinant à domicile face à Pradines, l'ASFLS s'enfonce davantage vers la relégation.

Samedi soir à Fleurance, au stade Marius Lacoste, pour le compte de la 15e journée de championnat de R1, Pradines a battu l’ASFLS 1 à 0.

Arbitrage de Karim Tourèche, assisté de Victor Tiar et Corentin Da Costa.

Buts pour Pradines : Dorian Fromentèze (28’, sp).

Avertissements : Romain Clavel (80’) et Camille Labat (90’+4) pour Fleurance ; Pierre Ramos (48’) et Baptiste Roques (90’+3) pour Pradines.

 

ASFLS : D. Cantau (g), R. Boizet, R. Clavel, D. Sidaoui (cap), J. Espiau, Doumbouya, R. Del Col, J. Claverie, J. Humbel, P. Delenclos, B. Bayles, S. Cazeneuve, C. Labat. Entr. : Arnaud Dessum.

Pradines : R. Dessertaine (g), A Tama, A. Peries, N. Da Vega (cap), R. Latière, D. Choudjaye, D. Fromentèze, P. Ramos, Ch. Bourdarie, N. Rochdi, P. Exposito, M. Zaoui, B. Roques Siffroi. Entr. : Jean-François Barros.

 

Comme tous les amateurs de football ont pu le constater devant leur TV trois jours plus tôt, lors d’un certain match de Ligue des Champions, on peut avoir 80 % de possession de balle mais se faire plumer à la fin. S’il est impossible d’avoir des stats précises, il y a fort à parier que les Fleurantins avoisinaient, ou même dépassaient, les 85 %. Et pourtant, ce sont bien les Pradinois qui sont repartis du Gers avec les trois points. Un coup très dur que doivent encaisser les joueurs d’Arnaud Dessum sur le plan comptable, face à un concurrent direct pour le maintien. La malchance, la maladresse et le doute forment le cocktail empoisonné qui mine l’attaque fleurantine depuis le début de championnat. Et s’il appert qu’une impéritie offensive plombe la saison de l’ASFLS, on ne peut douter de la fortitude de cette équipe qui ne lâche jamais le morceau.

C’était le match à ne pas perdre ; et Fleurance l’a perdu. Oui, d’accord, il reste encore des matchs à la maison, mais il faut bien se l’avouer, les choses se compliquent sérieusement. Avec ce penalty accordé aux visiteurs suite à un tacle appuyé de Johann Espiau sur Pierre Ramos (28’), Karim Tourèche, à qui on ne peut surtout pas jeter la pierre, a peut-être fait basculer la fin de saison des Gersois. Et en prenant à contre-pied David Cantau, Dorian Fromentèze signe ce qui deviendra une heure plus tard, le hold-up de la saison. Et dire que juste avant ce penalty fatidique, Bayles (9’, 19’ et 24’), Delenclos (13’) et Doumbouya (15’ et 20’) avaient eu chacun l’occasion d’expédier le cuir au fond des filets de Raphaël Dessertaine. Mais à chaque fois, soit un pied, une balle hors-cadre ou un arrêt du portier pradinois faisait pester le public de Marius Lacoste. R. Dessertaine brillera en l’espace d’une minute (39’) sur un tir de R. Clavel, puis sur un coup franc de ce dernier dans la foulée. Des occasions auxquelles il faut ajouter, histoire d’enfoncer le couteau dans la plaie, les frappes non cadrées de Del Col (33’) et Bayles (44’).

La seconde période donnera le même synopsis que la première. David Cantau, en s’imposant devant Charly Bourdarie (47’) et Espiau, en sauvant sur sa ligne une tentative de M. Zaoui qui avait éliminé D. Cantau (77’), permettent aux leurs d’y croire de plus belle. Mais J. Espiau, de la tête (50’), P. Delenclos (61’, 62’ et 68’), R. Boizet (75’), S. Cazeneuve (76’), Sidaoui (85’) et Bayles (90’) font la démonstration, bien malgré eux, du mal endémique de cette formation. Il semblait que l’on aurait pu jouer toute la nuit, jamais le ballon ne voulait entrer dans les buts visiteurs.

Au classement, Fleurance reste dernier avec sept points, à quatre longueurs des premiers non relégables… Pradines. Lors de la prochaine journée, l’ASFLS se déplacera à Lourdes (samedi 16 mars, à 18 h). Le prochain rendez-vous à la maison, ce sera pour la réception de Golfech (samedi 30 mars, à 18 h).

 

Ils ont dit…

« C’est un bon hold-up »

David Cantau (gerdien ASFLS) : « On les a mangés, ils ont une demi-occasion, avec un penalty litigieux. On n’a pas réussi à cadrer nos frappes. C’est une passe négative, on y est encore. Il va falloir insister pour retrouver le sens du but. Ce n’est pas encore fini mathématiquement, mais bon, ça sent mauvais... »

Doryan Sidaoui (capitaine ASFLS) : « Il y a beaucoup de matchs où ça a été comme ça, mais là, c’est encore pire… On n’arrive pas à marquer… Après on est frustré, on cherche des excuses à droite et à gauche, avec l’arbitre… A un moment donné… c’est nous… Ce n’est pas cuit, on va y croire jusqu’au bout…. »

Romain Clavel (ASFLS) : « Aujourdhui, on a fait ce qu’il fallait, à part de mettre les buts… L’arbitre nous refuse un penalty… C’est la plus mauvaise opération qu’on pouvait faire. Mais il reste des matchs derrière ; ce n’est pas fini. »

Jean-François Barros (entraîneur de Pradines) : « Un hold-up ? Oui et non… On a beaucoup défendu, on a eu un peu de réussite parce qu’il en faut… C’est un peu sévère pour Fleurance qui a poussé… C’était un match capital pour le maintien. On en profite, on ne va pas faire la fine bouche ce soir, on va prendre les trois points. »

Nicolas Da Vega (capitaine de Pradines) : « C’était dur physiquement, on n’a pas lâché, surtout en seconde période où on a défendu en étant bas. C’est passé par une bonne entente collective ; on a su resserrer les lignes, être présents sur tous les duels, des efforts qui ont fait qu’on a été récompensé par ce résultat… Si on avait été mené, ça n’aurait pas été pareil, pas la même physionomie de match. Après avoir mené 1-0, on a joué très bas. On était venu pour prendre trois bons points et c’est un bon hold-up... »

IMG_5559.JPG
IMG_5563.JPG
IMG_5572.JPG
IMG_5577.JPG
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles