La fourmilière envahit Save The Arts Gallery

2.jpg

Une exposition aussi hybride que jubilatoire

Seront exposés une trentaines d'oeuvres

Après une exposition parisienne au 59 Rivoli en juillet 2018 et son précédent passage à Berlin, le collectif La Fourmilière s'empare de la campagne toulousaine avec une exposition aussi hybride que jubilatoire, à la croisée des arts et du son. Leur prochain vernissage s'ouvrira le samedi 2 mars, à partir de 10 h 30, au 49 avenue du Commandant Parisot, au centre de l'Isle-Jourdain. 

Forts de leur intérêt commun pour l'accessibilité de l'art et le soutien de jeunes artistes pluridisciplinaires, le collectif et la Galerie Save the Arts s'associent autour du thème du portrait. Une seule consigne : l'éprouver à travers le mix d' influences et de techniques allant du dessin contemporain au collage, de l'illustration au graphisme, jusqu'à la réalisation de peintures murales éphémères transformant symboliquement la galerie en un spot libéré des contraintes du marché de l'art. 

Tantôt portraits singuliers d'une jeunesse étriquée qu'inspirés par le monde actuel, ces "portraits d'aujourd'hui" se montrent décalés, vifs et chargés des imaginaires de chacun des artistes aux personnalités aussi fortes que généreuses.  

On y déniche aussi des supports inhabituels, des carnets d'Olga aux matériaux recyclés sur lesquels Syyl - jeune artiste autodidacte - peint des personnages hypnotiques et fortement emprunts du milieu graffiti. 

Seront exposés une trentaines d'oeuvres dans un espace complètement réinvesti au rythme de performances sonores et d'un live painting offert par Georgia Treloar, artiste berlinoise venue spécialement pour le vernissage. 

Comme l'expliquent les organisateurs, ce genre d'initiative se dessine au gré d'une volonté d'un "faire ensemble" associatif où le visiteur découvre une production qui échappe aux catégorisations et à la production standardisée, le tout dans une précieuse proximité. "Le but c'est d'interagir. Pour ça, on a pensé un programme rythmé par des visites de l'exposition, mais aussi des moments sonores privilégiés, pour une découverte de l'exposition en musique" explique Eglantine Alo, initiatrice du projet. "On attend d'ailleurs la venue d'Hugo Le Bihan, alias Hlb et du crew toulousain 17h46, figure emblématique du Pampa Festival qui se déroulera dans le Gers, du 28 au 30 juin ."

1.png
Publicité
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles