Petite parenthèse (estivale)

Se dorer la pilule

mike-wilson-191639.jpg

Le traditionnel chassé-croisé juilletistes/aoûtiens n’a pas dérogé à la règle cette année, et Bison Futé en a vu une fois de plus de toutes les couleurs.

Alors que les premiers constatent avec désolation que des semaines de bronzage s’estompent avec la rapidité de l’éclair, les seconds débarquent, un peu pâlots, sur les transats avec pour objectif de se dorer la pilule pour afficher une mine rayonnante à la rentrée.

Si l’expression « se dorer la pilule », signifiant  que l’on est en pleine séance de bronzette, est relativement récente (les années 80), son aïeule, « dorer la pilule » remonte au XVIIe siècle et trouve ses origines…chez les apothicaires.

A l’époque, les pilules qu’ils préparaient dans leurs officines n’étaient pas faciles à avaler, de par leur saveur et leur consistance. Afin d’en faciliter l’absorption, ils eurent la brillante idée de les enrober dans une fine pellicule de sucre, d’argent ou d’or. Ils « doraient » ainsi les pilules pour les doter d’un aspect beaucoup plus agréable, et assurément plus cher.

L’expression « dorer la pilule » passa ensuite dans le langage courant, évoquant le fait que l’on enjolivait  les choses pour masquer  une apparence peu attirante.

En tout cas, ce long pont du 15 août réconciliera juilletistes et aoûtiens qui pourront, de concert, se dorer la pilule, d’autant que Monsieur Soleil est enfin sorti de sa bouderie. Il était temps !

Retrouvez la rubrique "Petite parenthèse" sur le site de Marielle Fourcade http://www.lechoixdesmots.fr


Suggestion d'articles
Commentaires
Suggestion d'articles
Menu