Restaurer les herbages avec Life Coteaux gascons (réunion à Saint-Pierre-d'Aubézies)

DR0 Adasea MOAP 1bis 170621.jpg

Un périmètre de prairies préservées avec l'Adasea 32

L'Adasea 32 (1) lance l'exécution d'un projet sur lequel elle a travaillé pendant trois ans, qui a été primé et financé par des fonds européens. Ce projet, un des rares à avoir été retenu, a pour dénomination Life Coteaux gascons (2). Son objectif, en liaison avec la Safer, Le Centre permanent d'initiatives pour l'environnement (CPIE) et Le Conservatoire botanique national est de :

Travailler pendant 5 ans à préserver les milieux ouverts agro-pastoraux (MOAP) sur un territoire de 163 commune (voir carte et liste des communes ci-dessous). Autrement dit : préserver et/ou restaurer les prairies pour préserver la biodiversité dont elles sont le milieu de prédilection. Et, partant, l'élevage, notamment sur les terrains pentus et parfois peu propres à la culture des coteaux gascons.

 

                             Le périmètre d'intervention de "Life Coteaux gascons" (document Adasea 32)

 

Des conséquences découleront de la réalisation de cet objectif :

  • la pérennisation de l'élevage,

  • la transmission des exploitations,

  • plus de résilience au changement climatique.

Réunion à Saint-Pierre-d'Aubézies

23 réunions locales ont lieu pendant les mois de juin et de juillet 2021 avec les éleveurs et les élus locaux : « au plus près du terrain », pour préparer les actions à mener. Le Journal du Gers a assisté à la réunion du 17 juin à Saint-Pierre-d'Aubézies, qui réunissait des éleveurs de cette commune et de Castelnavet, en présence de leurs maires et de la maire de Peyrusse-Vieille.

Constatations et état des lieux

Entre 1988 et 2010, 50 % des surfaces en herbe ont disparu dans le Gers. Or, 90 % des espèces végétales protégées sont attachées aux MOAP. Celles-ci sont donc riches en espèces rares et en danger, mais rendent des services : elles stockent le CO2 favorisent la pollinisation et la gestion des eaux de ruissellement.

Selon l'Adasea, un paysage en mosaïque de cultures fait baisser de 40 % la biodiversité, mais les grandes cultures le font de 70 %. Il s'agit donc de lutter contre l'uniformisation croissante des paysages, mauvaise pour la biodiversité.

Entre 2010 et 2019, il y a eu 770 éleveurs et 16 210 reproductrices de moins. On note des difficultés liées à la cession et à la reprise des exploitations et la faiblesse comparative de certaines aides aux prairies par rapport à celles destinées aux cultures. Ce qui incite certains éleveurs à mettre leurs prairies en culture.

Actions prévues et budget

Il y a 3,5 millions d'euros pour 5 ans dans le budget du projet, dont 1,9 million sont prévus pour des travaux et des aides aux agriculteurs. Les travaux porteront sur 2 500 ha de MOAP :

  • cartographie écologique et foncière des milieux,

  • réouverture de parcelles en friche,

  • implantation de prairies naturelles.

Un effort de communication portera sur l'importance de l'élevage dans la préservation des paysages, liées à l'attractivité du territoire.

Un accompagnement technique sera effectué :

  • en mettant en place clôtures et points d'eau pour une gestion durable des MOAP,

  • en accompagnant d'éventuelles restructurations des parcelles,

  • en aidant les éleveurs à réfléchir sur la gestion des MOAP.

Calendrier des opérations

Voici le calendrier :

  1. janvier 2021 jusqu'au printemps 2025 : mise en réseau avec les autres projets du territoire,

  2. janvier à septembre 2021 : cartographie écologique et foncière ; état des lieux de la biodiversité ; mise en place d'un plan de communication,

  3. septembre 2021 à septembre 2025 : création d'outils de sensibilisation (lettre d'information, événements et animations grand public, vidéos et jeux, livret et sentier pédagogique),

  4. juin à décembre 2021 : recueil des besoins et enjeux locaux,

  5. janvier 2022 jusqu'au printemps 2025, s'échelonneront : réouverture de parcelles en friche, implantation de prairies naturelles, acquisition et mise en place d'équipements,

  6. janvier 2022 au printemps 2025 : accompagnement technique et accompagnement foncier,

  7. printemps 2023 jusqu'au printemps 2025 : réflexion collective et mise en place d'outils (ateliers communs, conventions avec les collectivités pour le foncier, création d'associations foncières pastorales ; travail avec les élus,

  8. printemps 2025 : suivi de la biodiversité.

Conclusion

À Saint-Pierre-d'Aubézies, la réunion s'est conclue par une discussion animée avec les éleveurs présents, jusque assez tard dans la soirée. L'exposé du projet par Aurélie Belbèze aux personnes présentes, a été accueilli avec satisfaction. Celle-ci a néanmoins reconnu que le projet n'était pas parfait et que le périmètre du territoire retenu pouvait parfois comprendre des communes sans MOAP, mais que c'était le lot d'un périmètre.

N.B. - La photo du haut de page a été communiquée par l'Adasea 32.

DR3 Adasea liste_163_communes.jpg
00 Prairie Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies 1bis 170621.jpg
Prairie de la région Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies
1 Prairie Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies 1bis 170621.jpg
Prairie de la région Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies
2 Prairie Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies 1bis 170621.jpg
Prairie de la région Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies
3 Prairie Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies 1bis 170621.jpg
Prairie de la région Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies
4 Prairie Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies 1bis 170621.jpg
Prairie de la région Castelnavet - Saint-Pierre-d'Aubézies
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles