Menu

Premières semaines bien remplies pour le nouveau maire de la sous-préfecture !

Condon Rousse  10 juillet IMG_8646.jpg

Après sa prise de fonctions, Jean-François Rousse s'explique, devant la presse, sur son projet de transformer Condom en une ville de la vie et du bonheur pour chacun

Mais, avant d'évoquer ce sujet, dans sa première conférence de presse - Il l'assure, il proposera régulièrement de tels rendez-vous de temps à autres, pour entretenir des bonnes relations avec les journalistes et les informer régulièrement des actions pour qu'ils les transmettent à l'ensemble de la population - il souhaite remercier ses 1014 électeurs condomois. Ils n'oublient pas tous ceux qui ont fait un choix différent, c'est le jeu de la démocratie. Dans un esprit de rassemblement, il va tenter de fédérer en appliquant le programme de sa liste "Condom, notre ville pour un nouvel élan".

Une action qui va commencer par prendre en compte la crise sanitaire loin d'être terminée, une cellule d'accompagnement sera mise en place qui servira de plate-forme de rebond pour l'emploi. Avec un objectif essentiel, accompagner les employeurs, les salariés et ceux en recherche d'emploi.

Une des priorités de son mandat sera le développement économique.

Pour recevoir des nouveaux entrepreneurs désireux de s'installer sur le secteur, il faudra ouvrir des structures d'accueil pour les investisseurs, des incubateurs ou des hôtels d'entreprises avec des locaux adaptés au mieux pour le co-working. Dans ce but, il tentera d'ouvrir la ville de Condom vers le Lot-et-Garonne, notamment avec la zone d'Estillac, et celle de Nérac encore plus proche. Quant à la zone industrielle condomoise, il faudra la relooker, en revoir la signalétique et tenter de l'occuper entièrement.

Un club entreprises sera développé sur la ville, mais il faudra aussi l'orienter pour avoir une vocation intercommunale et impliquer les décideurs locaux dans son fonctionnement.

La redynamisation du centre ville

  • Mise en place d'une pépinière itinérante avec deux ou trois locaux proposés pour démarrer une activité, avec une contrainte, à l'échéance rester au centre ville, une fois le commerce lancé.
  • Recherche de nouveaux commerçants pour un taux d'occupation de la halle plus performant.
  • Constituer une association de commerçants unique qui regrouperait les deux parties de la ville.
  • Relance du tourisme fluvial avec l'amélioration du port ; création d’une fresque décorative évoquant l'histoire de la Baïse pour que les plaisanciers, à leur arrivée au port, aient une image positive de la ville.
  • La population devenant vieillissante, il faut envisager la mise à disposition d'un service de transport à la demande gratuit.
  • Une maison intergénérationnelle pour offrir des hébergements temporaires à différents publics.

Les chantiers en cours, à venir ou ceux dont il n'est absolument pas question

Une décision avec des implications fortes : celle de ne pas envisager la construction d'un troisième pont, ni le contournement de la ville qui finirait par désertifier davantage le centre ville et peut-être même le tuer.

On doit dessiner la ville pour les décennies à venir avec une approche globale de la ville en évitant le coup par coup. Il faut penser la ville dans son ensemble.

Le chantier de l'Hôtel Polignac suit son cours, légèrement retardé par la période de confinement.

Les travaux sur les Promenades sont en phase d'achèvement. Par contre, une réflexion s'avère nécessaire pour la rénovation du kiosque – pas prévue dans l'immédiat - dont le toit est à refaire. S'occuper du pavage l'entourant avant de le rénover, comme il est envisagé, semble aberrant. Il faut donc prévoir de s'occuper de ce bâtiment qui fait partie du patrimoine de la ville.

En projet, la création d'une maison médicalisée ; pour y attirer des professionnels, il pourrait être intéressant d'accompagner financièrement des étudiants condomois qui, une fois leur diplôme obtenu, reviendraient chez eux pour effectuer leur carrière professionnelle.

L'environnement, pour une ville plus verte :

  • Végétalisation et fleurissement accrus dans l'espace urbain avec un Parc de la Biodiversité, sans doute au Jardin des Remparts ;
  • Récupération des eaux de pluie grâce à des citernes enterrées ou décoratives ;
  • Confection de repas bio en favorisant les circuits courts et les producteurs locaux
  • Diagnostic sur la santé de tous les arbres de la commune pour connaître leur dangerosité éventuelle.
  • Mettre en place un plan propreté ; envisager un nettoiement général périodique deux fois par an ; le désherbage s'avérant très compliqué, il faut se résoudre à l'arrachage manuel des mauvaises herbes ...
  • Mais la propreté relève également du civisme de tous, un guide citoyen pour sensibiliser chacun sera distribué.

La culture et les animations annuelles

Avec une première décision forte mais responsable de Jean-François Rousse, pour profiter du 14 juillet, sans bal populaire, ni feu d'artifice et du fait qu'il tombe un mardi, les mardis d'été vont redémarrer. Ils seront encadrés et leur organisation sera très rigoureuse. Le Journal du Gers vous détaillera ces soirées festives et gourmandes dans un article à venir.

Un projet de Festival des Arts de rue sera étudié en coopération avec les acteurs locaux du monde du spectacle et notamment avec la troupe de la Boîte à Jouer.

Le nouveau maire souhaite que la ville offre aux visiteurs une vitrine de l'expression artistique, ce qui peut signifier de décorer l'espace public avec des œuvres d'art.

Dans le programme du maire était prévu une Fête de la Vigne, il faudra patienter jusqu'à l'année prochaine pour y assister. Par contre, des efforts seront consacrés au Marché de Noël.

Les services de la ville et la communication :

L'équipe de direction est confirmée dans ses fonctions, à savoir Thierry Dumartin, directeur général, Philippe Gregorio, son adjoint, et Marc Lalanne, le directeur des services techniques.

Pour connaître la situation financière de la commune, il ne sera pas fait appel à une société externe pour commander un audit. Mais la ville profitera des services du Trésor Public pour en réaliser un entièrement gratuit.

Benoît Dauga, conseiller en charge de la communication, va retravailler sur le site de la mairie pour le rendre plus moderne et plus attractif ; il faudra aussi harmoniser les pages Facebook, prévoir une application pour smartphone et envisager de réfléchir au logo de la ville.

Le maire se veut rassembleur ; dans ce but, il sera à l'écoute des habitants et, dès la rentrée, des permanences seront assurées par lui-même et (ou) ses adjoints, en ville, sous la halle, le samedi matin.

Dès le printemps suivant, ces permanences seront décentralisées dans les quartiers pour être au plus près de toute la population et à l'écoute de ses attentes.

Le maire de tous les Condomois : président de la Communauté de Communes de la Ténarèze (CCT) ?

Bien au contraire, c'est Jean-François Rousse en son nom personnel qui sera candidat à la présidence de la communauté de communes. Ce poste aurait pu revenir à la mairie d'une petite commune, le maire de Condom n'en aurait pas été offusqué. Lors de la campagne, aucun accord n'avait été passé par le candidat avec d'autres contre un soutien éventuel ; d'ailleurs, se présenter à ce poste n'était pas une de ses priorités, mais, ayant été sollicité et après quelques consultations, sa décision est prise, il sera candidat pour rassembler et fédérer.

En tant que président de la CCT, comme il le souhaite à la mairie de Condom avec ses adjoints, il déléguera à ses dix vice-présidents, responsables de leurs commissions, pour faire participer l'ensemble des élus communautaires. Il espère mettre un terme à la guerre entre les autres communes et Condom et, également, si possible, au clivage politique traditionnel qui nuit au bon fonctionnement de cette collectivité.

Photos Marc Le Saux

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles