Menu

Les cours aux lycéens confinés de Nogaro...

3 Eric Busson 1bis 010618.jpg

...Nécessitent de l’inventivité et beaucoup de travail

On sait que la cité scolaire d’Artagnan de Nogaro, est désertée par élèves et enseignants à cause du confinement. Les cours continuent par Internet. Le Journal du Gers a demandé à un professeur de lettres d’expliquer pour nos lecteurs, comment se passent les cours de français pour une classe de première de l’enseignement général.

Certes, les circonstances et les difficultés à surmonter sont différentes pour chaque matière et chaque niveau de classe. Mais, malgré les différences, certaines constantes apparaissent.

Le professeur Éric Busson (1) a accepté de décrire les inconvénients et les avantages du cours qu’il donne pendant le confinement à une classe de première qui prépare l’oral du bac de français. Ce qui, a priori, donne une forte motivation à ses lycéens. De fait, parmi les 26 élèves, il n’y a aucun « décrocheur ».

Les inconvénients du cours par Internet

  • Tout d’abord, certains élèves font face à des problèmes techniques et se connectent plus ou moins bien (cela a été le cas de 3 élèves) ; de plus, lorsque leur domicile n’est pas à Nogaro, le débit Internet est parfois insuffisant,

  • Les élèves envoient beaucoup de messages par plusieurs canaux (messagerie du lycée, messagerie personnelle, téléphone etc.) ; il faut leur répondre et chercher à contacter ceux dont on a peu de nouvelles ou dont on ne reçoit pas les exercices ; le professeur passe beaucoup plus de temps à répondre que s’il pouvait s’exprimer directement, d’autant plus que répondre aux élèves qui ont des problèmes techniques, c’est une spécificité des cours par Internet,

  • la classe est divisée en trois groupes de 9 ou 8 élèves pour pouvoir suivre efficacement les cours en visio-conférence,

  • l’enseignement par Internet est plus fatigant que l’enseignement « normal ».

Les avantages

  • Le professeur peut adresser à chaque élève le corrigé de ses travaux avec un commentaire individuel détaillé, ce qu’il ne peut pas faire pendant un cours « présentiel »,

  • Les enseignants ont à leur disposition différents outils :

  1. l’enregistrement d’un cours que chaque lycéen peur écouter plusieurs fois aux moments qu’il choisit ;

  2. l’envoi d’un devoir (éventuellement accompagné de fichiers) aux élèves qui renvoient leur « copie » au professeur quand ils l’ont exécuté, puis reçoivent le corrigé,

  3. le rendez-vous à une date et une heure précises pour un cours en direct.

Avis du professeur sur l’enseignement par Internet

Éric Busson confirme que ces lycéens de première sont inquiets pour leur bac de français, comme on peut s’en douter. Certains s’ennuient : c’est également compréhensible.

À Nogaro, les enseignants travaillent beaucoup pendant le confinement. Et ils ont fait preuve de créativité et d’inventivité en utilisant, non seulement les moyens mis à leur disposition par l’Éducation nationale et la hiérarchie, mais en utilisant des logiciels supplémentaires. Et la hiérarchie s’est impliquée dans la coordination des enseignements et « l’accueil » des élèves.

Tout compte fait, Éric Busson estime que l’enseignement par Internet ne serait pas praticable sur une longue durée, car c’est trop fatigant. En revanche, ce mode de travail pourrait jouer un rôle de complément de l’enseignement traditionnel. Il souligne aussi que le confinement a fait découvrir aux enseignants des outils et des pratiques qui pourraient venir en complément de l'enseignement traditionnel.

(1) Bien connu en Gascogne pour avoir, notamment, créé les HalluCinés (pour les fans de cinéma) et Les Rencontres littéraires de Nogaro, qui sont malheureusement annulées cette année, pour cause de crise sanitaire.

N.B. - La photo représente Éric Busson lors des Rencontre littéraires de Nogaro en 2018.

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles