Menu

Un pôle mondial de production ferroviaire se structure en Occitanie

train espagnol.JPG

250 nouveaux emplois directs

L'entreprise Construcciónes y Auxiliar de Ferrocarriles (CAF) attributaire du marché de construction des 28 rames Intercités nouvelle génération venant remplacer les trains Corail sur les lignes Paris-Limoges-Toulouse et Paris-Clermont-Ferrand. Ce marché de 700 M€ bénéficiera directement aux territoires d'Occitanie sur le site d'assemblage de Bagnères-de-Bigorre (65).

 CAF a présenté la meilleure offre aussi bien technique que financière ; il est donc l'attributaire pressenti de ce nouveau marché dans l'attente de la validation de notre conseil d'administration, a annoncé le président de la SNCF, Guillaume Pépy, à la présidente de région.

"Dès mon élection, j'ai souhaité soutenir le cluster Mipirail qui accompagne le développement de la filière ferroviaire régionale et favorise sa visibilité au niveau national et international. La Région Occitanie accompagne CAF France, ses dirigeants et ses salariés, que j'ai rencontrés lors d'une réunion de travail sur site en décembre 2016, dans l'extension de leur outil de production : une première aide régionale de 80 000 € a été versée en 2016 ; une nouvelle subvention de 160 000 € est prévue en décembre prochain"  soulignait Carole Delga à l'annonce de cette nouvelle et d'ajouter « Ainsi la France peut aujourd'hui compter sur un pôle mondial de production ferroviaire de pointe en Occitanie. Car je tiens également à rappeler ma volonté, avec un investissement de 33 M€ de la Région Occitanie, de faire naître aux côtés de la SNCF, le futur TER à hydrogène sur le site d'Alstom à Tarbes, après avoir soutenu l'expérimentation en cours du train hybride.

Une excellente nouvelle pour Bagnères-de-Bigorre

Le site de Bagnères-de-Bigorre va passer de 100 à 350 personnes. S'ajouteront également de nombreux emplois indirects pour répondre à cette commande qui va largement bénéficier à l'économie régionale.

Ces projets s'inscrivent dans une politique très offensive menée par la majorité régionale en faveur du ferroviaire avec, entre autres, la nouvelle convention TER, les achats de matériels, la rénovation de lignes, les projets de LGV... 13 milliards d'euros sont engagés, jusqu'en 2030, pour le développement des transports collectifs, levier essentiel de la transition énergétique. » a conclu la présidente de la Région Occitanie.

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles