Menu

Futuroscope : nouveau cap sur l’avenir

futuroscope2.jpg

Une offre diversifiée et un deuxième parc d'attractions pour les plus jeunes

Il a beau être le site touristique numéro 1 de la région Nouvelle-Aquitaine, et afficher près de deux millions de visiteurs par an, le Futuroscope de Poitiers n’a pas l’intention de ronronner sur son succès. Car, pour rester dans la course, il faut séduire toujours plus, et ne pas craindre d’investir.

Il a été le premier parc d’attraction français à voir le jour, en 1987. Rapidement, il a conquis petits et grands autour de ses 25 attractions scientifiques et technologiques, mêlant ludisme et pédagogie.

En 2014, son attraction « La machine à remonter dans le temps », pilotée par les Lapins Crétins, a été élue « Meilleure attraction au monde », après « Arthur, l’aventure 4D » en 2011. En 2017, c’est au tour de « l’Extraordinaire Voyage » d’être consacré « Meilleure attraction européenne ». L’an passé, la totale immersion « Racing Xperience » auprès du pilote Sébastien Loeb a attiré les foules.

Sensations fortes, grands spectacles, découvertes ou fun… Les dirigeants du Futuroscope n’hésitent pas à investir massivement (entre 13 et 15 millions d’euros par an) pour le renouveler sans cesse, et faire en sorte qu’il demeure la principale attractivité régionale.

Pour autant, la concurrence ajoutée à la révolution technologique des images incitent aujourd’hui Rodolphe Bouin, son président du directoire, à envisager un nouveau plan d’investissement de 200 millions d’euros sur les dix années à venir. Un plan qui sera soumis prochainement au Conseil d’administration.

En prévision, un deuxième parc pour accueillir familles et jeunes enfants de moins de 7 ans, qui permettrait non seulement de réduire les files d’attente par ailleurs, mais également d’inciter les visiteurs à rester au moins deux jours. Voire trois.

La nouvelle très grosse attraction – et le plus gros investissement du parc depuis sa création- pourrait se concrétiser également dès 2020 par des montagnes russes interstellaires. Dans un même temps, le simulateur de chute « Zéro Gravity » proposera, dès l’âge de 5 ans, de voir à quoi peut ressembler un sacré plongeon de 3 000 mètres dans les airs,  assorti de vents (issus d’une énorme soufflerie) de 220 km/h. Sûrement  décoiffant !

L’année suivante, ce sera au tour d’une Arena d’environ 6 000 places de sortir de terre, afin d’y accueillir spectacles, événements sportifs et shows produits par le Futuroscope durant l’été.

D’ici là, les enfants découvriront dès le 6 avril prochain « Futuropolis », l’espace entièrement refait et agrandi qui leur est dédié. Dans ce monde à leur échelle, ils se transformeront alors en pilote, pompier, archéologue, chef de chantier…. Une chouette façon d’y vivre leurs propres histoires, tout en se projetant dans le futur.

Site Internet : https://www.futuroscope.com

Retrouvez toute l'actualité des Landes, Pays Basque, Béarn et Bigorre sur PresseLib, clic ici

futuroscope.jpg
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles