Menu

Gers : carte scolaire

Image1.jpg

Communiqué de Philippe MARTIN Président du Conseil Départemental du Gers.

 

En CDEN, Philippe MARTIN dénonce une carte scolaire qui maltraite l’Ecole rurale.

En provoquant l’ajournement du précédent CDEN, les élus du Conseil départemental ont permis aux parents d’élèves de plusieurs écoles menacées de prolonger ou de construire leur mobilisation.

Comme il s’y était engagé, Philippe MARTIN a une nouvelle fois plaider la cause des 3 écoles qui restent mobilisées contre les fermetures de classes proposées pour la prochaine rentrée scolaire (Montestruc, Masseube et Castéra-Verduzan).

Le Président du Conseil Départemental   et les élus de sa majorité ont donc voté contre toutes les fermetures de classes, en rejetant dans sa globalité, une carte scolaire qui rompt avec les efforts de ces cinq dernières années.

Pour la première carte scolaire du quinquennat d’Emmanuel Macron, il est très clair que les départements ruraux ont été sacrifiés.

- moins 343 enfants dans le Lot et Garonne, mais 3 postes en plus              

- moins 189 enfants en Tarn et Garonne mais 2 postes gagnés

- moins 400 enfants dans l’Aude, et pourtant une carte scolaire stable

Quoiqu’en dise le Ministre de l’Education Nationale, les zones rurales sont ponctionnées pour permettre au Gouvernement de dédoubler les classes dans les zones urbaines sensibles.

Cet engagement, louable, est intenable sans création de postes, comme ce fut le cas pendant toute la durée du quinquennat précédent.

Si les classes à effectifs réduits offrent de meilleures conditions d’apprentissage à des enfants dans un quartier sensible, pourquoi ce principe serait abandonné dans les communes rurales.

A l’évidence le Gers n’a pas été bien défendu, et la responsabilité en incombe d’abord à ceux qui se prévalent d’une proximité avec le Gouvernement.

On ne peut pas justifier la perte de 2 postes dans le Gers par la baisse des effectifs  puisqu’au niveau national une quarantaine de départements gagne des postes alors que le nombre d’enfants scolarisés chute. Dans le Département du premier Ministre on créera 58 postes à la prochaine rentrée malgré 1000 enfants en moins !

En Occitanie et dans les départements limitrophes du Gers de territoires ont bénéficié d’arbitrages identiques :  

- moins 343 enfants dans le Lot et Garonne, mais 3 postes en plus              

- moins 189 enfants en Tarn et Garonne mais 2 postes gagnés

- moins 400 enfants dans l’Aude, et pourtant une carte scolaire stable

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles