Menu

Orgue Culture et Musique en Val d'Adour

orgue de Plaisance.JPG

LE FESTIVAL CINÉ MUET PLAISANCE 2017

Pour la troisième édition du festival Cinéma Muet de Plaisance, vous allez découvrir un programme avec des films splendides (Harold Lloyd accompagné en direct au piano! Le Cuirassé Potemkine sur écran géant accompagné en direct à l'orgue!). Vous allez profiter de grands musiciens qui viendront spécialement de Barcelona (pour le pianiste) et de Paris (pour l'organiste)...Ils sont connus internationalement pour leur art d'accompagner les images en direct, "traduisant" ainsi -par leur seule musique- les sentiments, la paix ou la violence, l'amour ou la peur..De véritables prouesses musicales puisque le musicien suit lui-même les images sur l'écran en même temps que nous les voyons et qu'il n'arrête pas de jouer pendant plus d'une heure à chaque projection-concert...

Un événement à ne certainement pas manquer! Vous sont proposés par l'association Orgue, Culture et Musiques en Val d'Adour des tarifs très abordables (Pass personnel, Pass Duo, Pass jeune) afin de pouvoir suivre l'ensemble des projection-concert  -au piano ou à l'orgue-, de films américains aux films russes, créant ainsi une ambiance "festival". Vous trouverez les détails sur le site internet orgue-plaisance-gers.fr

LES FILMS: 

Suite au succès des deux précédentes éditions (2015 et 2016), le Festival Ciné Muet de Plaisance 2017 consacrera ses deux premières journées à la mise en regard de deux genres très caractéristiques de l'époque du cinéma muet : le cinéma américain / le cinéma russe

La séance du vendredi 29 septembre sera dédiée à de véritables chefs-d'oeuvre d'Harold Lloyd tournés aux Etats Unis en 1920 et 1921 : Oh, la belle voiture (Get out and get under). Voyage au paradis (Never weaken).

A travers ces moyens métrages, sommets du burlesque, Harold Lloyd incarne un personnage loufoque et casse-cou, une sorte de roi de la poursuite et du gag. Le prétexte est toujours le même : séduire la belle Mildred. Mais avec son innocence romantique, Harold se retrouve dans des situations toutes aussi cocasses et absurdes. Dans Oh, la belle voiture !, il se bat contre une automobile rétive et folle. Dans Voyage au paradis, Harold rate son suicide sans le savoir et, se croyant au paradis, finit par escalader un gratte-ciel en construction.

Véritable génie du burlesque, le comique Harold Lloyd n’a pas toujours bénéficié de l’aura de ses concurrents les plus directs, Charlie Chaplin et Buster Keaton. Sans doute parce que la star du muet se souciait moins des histoires contées que de l’efficacité de ses gags. Ses nombreux courts métrages sont ainsi des mines de situations cocasses, parfois à la lisière de l’absurde. Le beau programme que nous vous proposons en ouverture du festival donne un éventail assez complet des talents variés de l’homme aux lunettes d’écaille. Ces films seront accompagnés en direct au piano par le grand pianiste Hakim Bentchouala-Golobitch qui viendra spécialement de Barcelona.

A l'opposé du film américain de divertissement, le cinéma russe qui suit la révolution de 1917 (dont on célèbre actuellement le centenaire) est empreint d'idéalisme politique servi par un sens esthétique très soutenu. Le samedi 30 septembre, nous présenterons deux films remarquables de cette période : Un débris de l'empire , film muet de fiction écrit et réalisé par Friedrich Ermler en 1929 sera accompagné au Cinéma Europe, en direct au piano par Hakim Bentchouala-Golobitch. Le scénario est basé sur l'essai Invité de l'au-delà de Nikolaï Pogodine. Une rareté de l’âge d’or du cinéma soviétique muet, d’une grande virtuosité formelle, par un réalisateur à découvrir ou à redécouvrir.

A travers la figure d'un personnage qui perd momentanément la mémoire, ce film relate les changements survenus à la suite de la Révolution d'Octobre 1917. Un débris de l’empire est certes une œuvre de propagande répondant aux canons du réalisme socialiste. Pourtant, Ermler s’autorise des digressions oniriques que n’auraient pas reniées Lynch ou Buñuel et n’occulte pas toute velléité critique, notamment dans la description des nouveaux bureaucrates guère plus accommodants que les tenants du pouvoir sous l’ère tsariste. Mais c’est surtout le montage qui impressionne. Plus de quatre-vingts ans après sa réalisation, la séquence du maniement d’outils sur une chaîne de production n’a rien à envier aux prouesses de Dziga Vertov présenté lors de notre précédent festival (2016) à travers son chef d'oeuvre : L'homme à la caméra.

Le Cuirassé Potemkine est rarement présenté en projection sur grand écran. Et pourtant il s'agit d'un film où l'esthétique des plans est... révolutionnaire ! C'est pourquoi nous avons décidé de le projeter le samedi soir dans l'église, sur notre écran géant et d'en accompagner le déroulement à l'orgue par un spécialiste, l'organiste Samuel Liégeon de Paris. La révolte de l'équipage du cuirassé Potemkine le 27 Juin 1905, pendant la Révolution russe de 1905, est présentée comme précurseur de la révolution d'Octobre 1917. En effet, le cuirassé reproduit, dans le microcosme de son équipage, les clivages de la société russe et ses inégalités. L’une des causes de la mutinerie est la question de la nourriture. Les officiers, présentés comme cyniques et cruels, contraignent l’équipage à consommer de la viande pourrie, alors qu’eux-mêmes maintiennent un train de vie privilégié parmi l’équipage. Réalisé en 1925, par Sergueï Eisenstein, Le Cuirassé Potemkine a été désigné à plusieurs reprises comme le plus grand film au monde. Au fil de l'incroyable quatrième acte - les escaliers d'Odessa, la panique collective qui culmine avec la célèbre séquence où un landau dévale les marches une à une tandis que les cosaques tirent dans la foule -, on découvre avec surprise à quel point Le Cuirassé Potemkine est la matrice d'un cinéma d'avant-garde dont le montage a imprégné jusqu'au cinéma hollywoodien. L'effet n'y est jamais gratuit, mais toujours au service du récit.

Dimanche 1° octobre, conformément à une tradition bien établie maintenant, l'organiste Samuel Liégeon, qui accompagnera la veille au soir la projection du Cuirassé Potemkine, aura carte blanche pour donner un récital d'orguedestiné à clôturer le festival en recourant à toutes les richesses sonores de notre grand orgue.

LES ARTISTES:  

LE PIANISTE Hakim Bentchouala-Golobitch est né à Alger. Il obtient la médaille d’or de piano au Conservatoire de Toulouse avec Françoise Thinat puis travaille à Paris avec Yvonne Loriod et Gabriella Torma et à New York avec Constance Keene. Lauréat de grands concours internationaux, Hakim est invité par de nombreux festivals en France et à l’étranger pour des concerts et master-class (Asie, USA, Amérique Centrale, Amérique du Sud). Depuis Barcelona où il vit, Hakim Bentchouala-Golobitch poursuit une carrière internationale très diverse. En effet, parallèlement à l'interprétation d'oeuvres du répertoire, Hakim compose et interprète des partitions originales d'une quarantaine de films muets. Invité par deux fois déjà à Plaisance du Gers, il a impressionné par ses accompagnements intenses de films aussi variés que l'Atalante, La Nouvelle Babylone ou Safety Last. C'est avec plaisir que nous l'accueillons à nouveau.

L'ORGANISTE Samuel Liégeon est lauréat de sept premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il a suivi les classes d'improvisation à l’orgue et au piano, d'écriture, d'analyse et d 'orchestration. En 2009, à l’âge de 24 ans, il est nommé organiste titulaire du grand orgue construit par Daniel Birouste en l’église Saint Pierre de Chaillot à Paris. Lauréat de nombreux concours internationaux d'improvisation et d'interprétation, il est nommé en 2012 «jeune artiste en résidence» à la cathédrale Saint-Louis Roi de France de La Nouvelle-Orléans, pour une période de six mois. Il est régulièrement invité en Europe et aux Etats Unis où il se produit aussi bien en soliste, en musique de chambre ou avec orchestre. Passionné par l’improvisation et la composition musicale, il s’est fait entendre au piano et à l’orgue dans le cadre d’émissions de radio qui lui sont consacrées ou encore au cinéma avec lequel il collabore régulièrement pour l’accompagnement de films muets.

INFORMATIONS PRATIQUES:

vendredi 29 septembre à 20h30 Les mésaventures d'Harold Lloyd au cinéma Europe avec accompagnement en direct au piano  -samedi 30 septembre à 17h00 Un débris de l'empire  au cinéma Europe avec accompagnement en direct au piano  samedi 30 septembre à 20h30 Le cuirassé Potemkine en l'église avec accompagnement en direct à l'orgue, film projeté sur écran géant.  dimanche 1° octobre à 17h00 Grand récital d'orgue en l'église

TARIFS:  Chaque ciné-concert : 15 euros   -Le récital d'orgue : 12 euros  Pass personnel pour l'ensemble des quatre manifestations du festival : 40 euros   -Pass duo pour l'ensemble des manifestations : 70 euros  -Pass jeune pour l'ensemble des manifestations (moins de 20 ans) : 30 euros

Tous les détails sur:  http://www.orgue-plaisance-gers.fr/pages/5_orgue_et_cinema_muet.php#rubrique_2 www.orgue-plaisance-gers.fr





 

Hakim Bentchouala Golobitch.jpeg
Hakim Bentchouala-Golobitch
samuel liegeon.jpg
Samuel Liegeon
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles