Les chauffeurs de Kéolis continuent partiellement leur mouvement de grève

Ils ont rencontré ce jeudi 20 janvier en matinée le maire d'Auch pour lui rendre compte de ce qui se passe entre Kéolis et les grévistes

« Nous sommes venus rencontrer le maire d’Auch pour l’informer officiellement de ce qui se passe entre Kéolis et les chauffeurs de bus. Les négociations sont au point mort. Nous avons décidé hier de porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui car on va vers des excès de vitesse avec des conducteurs qui stresse. En effet on leur exige des missions pas tenables comme par exemple faire le parcours de JCB au feu de Seilhan en seulement 2 minutes, c’est impossible, et il y a bien d’autres exemples », détaille Didier Le Ralle, délégué FO.

Quant aux chauffeurs de bus grévistes ces derniers s’expriment clairement d’une seule et même voix sur leurs positions : « Pour nous la priorité pour l’instant ce n’est pas une revalorisation des salaires, il s’agit avant tout de revoir les horaires, les plannings, les temps de pause. Et de stopper les prises de risques que nous prenons avec les cadences imposées, un exemple nous devons relier Auch à Preignan en 15 minutes alors qu’il faut 25 minutes. Enfin, nous regrettons qu’il n’y a pas eu des réunions de concertation, nous subissons la dictature de Kéolis ».

Au niveau du mouvement de grève et comme il n’y a pas de négociations en perspective, celle-ci est reconduite. Didier Le Ralle s’en explique : « Pour montrer que nous voulons sortir de la crise nous reprenons le travail partiellement le samedi, le lundi et le mardi. Par contre nous stoppons les bus le mercredi, jeudi, et vendredi ».

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles