Menu

L'effervescence à Bossuet

Bossuet IMG_8380.jpg

Tous mobilisés pour défendre la pluralité des formations, notamment les spécialités artistiques

Comment réduire la fracture entre les territoires ruraux et urbains si l’offre de formation mise à disposition des élèves du secteur et du département s’appauvrit sans cesse ? 

Le ministre Jean-Michel Blanquer se targue de l'égalité des chances entre les territoires mais il faudrait que les rectorats le suivent sur cette voie. Or, la décision de ne pas ouvrir, à la rentrée 2021, à Condom, une classe STD2A (Sciences et Technologies du Design et des Arts Appliqués) pour les premières frise l'incohérence.

Depuis la rentrée 2020, vingt lycéens de seconde avaient choisi cette nouvelle option Création & Culture Design, une classe qui affiche complet. Que vont-ils devenir sans possibilité de continuer leur parcours ? Vont-ils être obligés de changer d'orientation ? Vont-ils seulement avoir la possibilité d'intégrer un autre établissement dans une autre département ? 

Comment peut-on encore parler d'égalité des chances si on n'a pas le choix ?

De simples questions d'ordre budgétaire vont amener à supprimer des postes et donc restreindre les offres de formation. Quel attrait va conserver le Lycée Bossuet ? Car moins de moyens, moins de choix, cela signifie automatiquement moins d'élèves. Si les élèves sont moins nombreux, des économies peuvent encore être réalisées.... Et cela jusqu'à quand ?

Ce sont les questions que se posent tous les manifestants qui se sont rassemblés, ce lundi matin, devant le Lycée Bossuet, à Condom.

Lycéens, professeurs, parents, amis, l'avenir de l'établissement condomois est en jeu. Tous concernés, ils sont venus le faire savoir.

À gauche, une pancarte qui résume tout !

Les élus municipaux représentés par les adjointes, Françoise Martinez et Hélène Delpech, avec le maire, Jean-François Rousse, avaient tenu à être présents à cette occasion pour montrer leur soutien.

Les principaux concernés et leur enseignant, Christian Ring, le prof de musique - sur la photo de gauche, à gauche -

À cette occasion, les élèves ont écrit une chanson dont les paroles sont des plus explicites, avec un refrain dont nous vous offrons la primeur :

"Essentiel, l'art c'est essentiel

nous évader, nous cultiver,

créer, enjoliver, nous exprimer

Essentiel, l'art c'est essentiel

telle une fenêtre sur le monde,

comme une bouffée d'air frais

dans notre quotidien muselé."

Mais les trois couplets, de la même veine, sont également remarquables.

Un seul objectif pour tous : celui-ci !

Pour plus de précisions, vous pouvez relire notre article à ce sujet émanant de l'équipe enseignante du lycée Bossuet.

Depuis trois jours, une pétition a aussi été lancée sur change.org qui a déjà récolté plus de 800 signatures.  Pour y accéder, cliquer ici.

Intitulée "Sauver les filières artistiques du lycée Bossuet", aurait-elle déjà été entendue par les autorités en charge de ces décisions ?

Dernière heure : d'après nos sources, une classe STD2A serait bien ouverte à la rentrée prochaine pour les élèves de Première. Affaire à suivre pour confirmation officielle !

Photos Marc Le Saux

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles