Menu

Les Condomois devront aller passer leur IRM à Agen

irm.JPG

Réponse sans équivoque à la question de Gisèle Biémouret à l'Assemblée Nationale

Ce matin, mardi 24 novembre, lors de la séance  de Questions Orales Sans Débat à l'Assemblée Nationale, Gisèle Biémouret, députée du Gers, est intervenue pour interroger le gouvernement au sujet de l'IRM (imagerie par résonance magnétique) souhaité pour Condom. 

Sans réponse à ces divers courriers à Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé, relatifs au dossier déposé pour un IRM au Centre Hospitalier de Condom en juillet dernier, auprès de l’ARS Occitanie, Gisèle Biémouret a donc posé une question directe.

La députée a présenté ces arguments : un besoin bien réel du secteur condomois ; les médecins de ville ayant confirmé l'importance de cette implantation ; deux nouveaux radiologues décidés à venir s'installer ; pour tous les personnels de santé, cet appareil serait une plus-value. En résumé, un IRM implanté à Condom servirait le territoire et la population.

La réponse a été très claire. Sur le département du Gers, un seul IRM sera installé et un avis fortement favorable a déjà été donné en ce sens pour l'implantation au Centre Hospitalier d'Auch.

Brigitte Bourguignon, la ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargé de l'Autonomie, précise que, concernant la demande sur le bassin de vie de Condom, l'offre disponible sur la ville d'Agen à proximité sera à considérer.

En bref, un IRM à Auch et les 46.000 habitants du territoire de santé dépendant du Centre Hospitalier de Condom devront se rendre, à Agen, en Lot-et-Garonne, pour passer leur examen.

Cliquez sur ce lien pour voir en intégralité la vidéo de l'intervention de notre députée gersoise et la réponse de la ministre.

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles