Menu

Les belles performances de Cyclelab

cyclelab.jpg

Profitant du plan « Coup de pouce vélo » du ministère de la Transition écologique et solidaire, les Français ont redécouvert le plaisir de filer nez au vent, tout en se sculptant de belles gambettes pour les beaux jours.

Depuis la sortie du confinement, le retour au travail a permis de voir refleurir les petites reines sur le bitume, préférées aux traditionnels moyens de déplacements.

De quoi booster encore plus l’activité de Cyclelab, véritable laboratoire d’idées et de solutions autour du vélo, qui assure depuis plus de vingt ans la promotion, la distribution (avec ses quatre enseignes Culture vélo, Bouticycle, Vélo station et Foulées), l’animation et la formation autour du vélo. Une mission qui ne faiblit pas, même lorsque le coronavirus dévale sur tout le pays.

« Il y a eu une brève période de chômage partiel pour certains collaborateurs, mais l’activité est restée très dense pendant toute la durée du confinement, nos boutiques ayant eu l’autorisation de rester ouvertes. Nous nous sommes organisés en télétravail pour pouvoir répondre à leurs différentes demandes, y compris expliquer les gestes barrières. La décision d’arrêter le site e.commerce, imposant le transit de marchandises, a été prise afin de mieux respecter le travail des transporteurs. La charge de travail aujourd’hui est énorme ; magasins et fournisseurs sont excessivement sollicités, au point que nous sommes presque en situation de pénurie… » résume Grégory Gesret, responsable communication/marketing du groupe.

Car cette année 2020 restera historique dans l’histoire du vélo, avec un premier trimestre déjà exceptionnel, et un engouement général – urbain ou rural - depuis la sortie du confinement.

Un engouement qui se répercute également sur la très prisée Sup de Vélo, école pouvant accueillir des personnes - de profils très différents - pour neuf semaines de formation spécifique dans le cadre d’un Certificat de Qualification Professionnelle Technicien cycles.

Ici, depuis dix ans, on instruit des managers, des vendeurs, des techniciens, à travers cours, ateliers et magasin-école. Entre 2010 et 2020, les demandes ont été telles que les sessions annuelles de CQP sont passées de deux à neuf aujourd’hui.

« Nous proposons également des formations sur quatre jours pour ceux qui travaillent déjà en magasin et qui souhaitent parfaire leurs connaissances sur la gestion, la technique… ou sur trois jours, pour le vélo à assistance électrique. Nous accueillons aussi pour une journée des particuliers qui veulent apprendre à entretenir leur vélo. Nous travaillons activement sur la nouvelle formation en vingt jours liée au « Coup de pouce vélo », pour acquérir très rapidement les aptitudes visant à aider dans les magasins qui sont actuellement submergés de demandes. Le titre reste encore à définir avec la Fédération des Usagers de la Bicyclette, mais les premières sessions devraient débuter en juillet » détaille Matthias Costes, directeur de Sup de Vélo.

Pour certains de ces élèves venus de toute la France, il peut même s’agir d’une totale reconversion professionnelle, à l’image de ces médecins ou ingénieurs, heureux de redécouvrir le plaisir d’un savoir-faire manuel, tout en partageant leur passion du vélo.

« L’activité est en plein boom, et on a du potentiel pour recruter », conclut Grégory Gesret.

Un « rayon » de soleil qui fait du bien, après le coup de pompe du Covid-19…

Pour les recrutements en cours : http://www.cyclelab.eu/Cyclelab-Recrute

Retrouvez l'actualité des Hautes-Pyrénées, Gers, Landes, Béarn et Pays Basque sur PresseLib ici

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles