Menu

Un anniversaire dont ils se souviendront autrement... la fête sera pour plus tard

Philharmonie I-J Juil19-phila_049.JPG

Les musiciens de la Philharmonique de l’Isle-Jourdain en sont réduits à jouer en solo !

Les répétitions ont été suspendues et la dernière date du 13 mars. Passées la stupeur et la douleur de prendre la décision d’interrompre l’organisation de la grande fête pour les 180 ans de la vieille dame en avril, l’obligation de ne plus pouvoir se retrouver et partager leur passion, ces musiciens amateurs ont su rebondir.

Les projets pour le printemps 2020 étaient ambitieux et préparés avec passion depuis près de huit mois avec une exposition au musée campanaire, un concert avec de nombreux invités et de belles surprises retraçant l’épopée de cet ensemble.

Tous les musiciens sont confinés, ils ont l’habitude de regarder leurs partitions chacun de leur côté car la répétition hebdomadaire ne permet pas de travailler les traits délicats propres à chaque instrument. Avec 50 musiciens, difficile d’organiser des répétitions par visio, d’autant que chanceux d’habiter pour la plupart à la campagne, cela rend difficile les connexions internet pour cette activité qui nécessite un excellent débit.

Au retour, ils seront plus motivés que jamais !

Même confinés les musiciens de la philharmonique de l’Isle-Jourdain restent actifs. S’ils ne peuvent assurer les répétitions, ils préparent la reprise.

La dizaine des membres du bureau, impulsés par la présidente, Françoise Verrière, de concert avec le chef d’orchestre, Jean-Louis Salvaire, a mis à profit cette interruption pour réfléchir à de nouveaux projets malgré les nombreuses incertitudes que vit le pays entier.

Les liens par mails sont réguliers afin de prendre des nouvelles de tous et, en particulier, de leurs piliers, les plus anciens de l’ensemble. Les musiciens écoutent de nouvelles œuvres, ils échangent leurs impressions. Des sondages en ligne sont proposés afin de connaître les préférences de morceaux à venir. Le bureau et le chef assurent des réunions en visio et prévoient une reprise avec de beaux projets.

Chacun, selon sa situation, son âge, son instrument, ses obligations familiales, sa profession, vit la période à sa façon.

Mais le manque vient de l’impossibilité de jouer ensemble.

Certains pratiquent leur instrument en reprenant d’anciennes partitions, d’autres s’accompagnent de bandes sons téléchargées, certains se lancent des défis : rejoindre l’orchestre national de France et rejoindre l’orchestre pour jouer la valse de Dmitri Chostakovitch…

Le calendrier est juste reporté et pour le plaisir des musiciens et des mélomanes qui les suivent, les fêtes pour les 180 ans et d’autres rencontres auront bien lieu dans l’année 2020,

À suivre…


 

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles