Menu

Allégresse et béatitude au concert du Nouvel An

0 Vincent Caup et l'orchestre 1bis 120120.jpg

L’Ensemble symphonique de Dax se met à la portée du public

Dimanche 12 janvier, Vincent Caup dirige L’Ensemble symphonique de Dax pour la 11e année consécutive au Houga. L’orchestre joue parfaitement bien , mais ce qui distingue ce concert-là d’autres excellents concerts, c’est le soin que prend le chef d’orchestre d’expliquer en détail le programme. Un programme dédié à Dame Nature, avec, comme œuvre principale, la 6e Symphonie de Beethoven – la Pastorale.

À la portée du public

C’est ainsi que La planète Mars, de von Holst, premier morceau interprété, « c’est le bruit et la fureur de ce dieu de la guerre que l’on va entendre ». Puis le concerto pour hautbois de Vaughan Williams – avec le soliste de l’Orchestre national de Bordeaux-Aquitaine, Éric Cassen, titulaire de nombreux prix : un enchantement. Vincent Caup explique le rôle majeur du hautbois « qui vous sort les tripes ». L’auditeur lambda imagine que le hautbois fait revivre la flûte des bergers de l’Antiquité.

C’est le tour de La Pastorale. Et voilà que le chef donne des clés pour mieux aborder cette œuvre majeure, qu’il présente comme de la musique descriptive. Il énumère les actions successives suggérées par la musique et les fait illustrer à chaque fois par de petits extraits joués par l’orchestre : c’est lumineux !

Les voici :

  • Il était une fois le départ pour une promenade à pied.

  • Celle-ci passe par une forêt.

  • D’autres personnes rejoignent le promeneur.

  • Un petit ruisseau serpente longuement, traversant des cailloux

  • La promenade débouche dans un champ.

  • Le geai, le merle et le coucou donnent l’alerte.

  • La promenade se termine par une joyeuse tablée de convives dans un champ de blé.

  • Les chasseurs se présentent.

  • Puis des gouttes de pluie arrivent.

  • Elles précèdent un violent orage.

  • Enfin le ciel redevient bleu et l’hymne à la Nature peut remplir l’espace.

Le chef fait de même pour le morceau suivant, La Planète Jupiter de von Holst qui exprime toute « la jovialité » du plus grand des dieux romains.

Le concert se termine par la Radetzky Marsch de Johann Strauss senior, répétée plusieurs fois sous les applaudissements.

Prêt à quelques facéties, Vincent Caup fait « diriger » ladite Marsch par une dame prise dans la salle pour ses habits jaunes et noirs, couleurs de Mont-de-Marsan, par opposition au rouge et blanc de Dax !

Présentation par Claude Bouix

Claude Bouix, violoniste membre dudit orchestre, organise ces concerts avec son époux Pierre. Elle présente ce concert magnifique en insistant sur « l’accueil légendaire » fait à l’orchestre par les Folgariens. Qui est pour quelque chose dans cette fidélité au Houga. Où les bénévoles s’activent pour aménager l’espace folgarien en salle de concert, faire la cuisine etc. Consacré à la Nature, le concert décrit parfaitement l’atmosphère du village, dénué de bruit et de pollution.

5 Claude Bouix 1bis 120120.jpg
Claude Bouix
13 Vincent Caup 1bis 120120.jpg
Vincent Caup
15 Olivier Parrot  1bis 120120.jpg
Olivier Parrot, nouveau 1er violon
17 Eric Cassin et Olivier Parrot 1bis 120120.jpg
Eric Cassen et Olivier Parrot
19 Eric Cassin et Vincent Caup 1bis 120120.jpg
Eric Cassen et Vincent Caup
22 Violoncelles 1bis 120120.jpg
Violoncelles
16 Cuivres 1bis 120120.jpg
Cuivres
26 Chef montoise 1bis 120120.jpg
"Chef montoise"
10 Violons et alti 1bis 120120.jpg
Violons et alti
11 La salle avec Patricia Galabert 1bis 120120.jpg
La salle avec Patricia Galabert au 1er rang
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles