Des jeunes du Service civique pour les associations comme à Perchède

00 Emmanuel Michel Boran Bi et Bernard Pierre 1bis 310719.jpg

Un jeune étudiant chinois pour l'association Pimao

Le 31 juillet, Alain Marin, maire de Perchède, et Bernard Pierre, président de l’association Pimao, reçoivent Le Journal du Gers pour lui présenter un jeune étudiant chinois de 25 ans, Boran Bi, qui accomplit six mois comme volontaire du Service civique (1) en travaillant au sein de Pimao.

Un Chinois à Perchède

Boran qui vient de Pékin, est élève d’une école de commerce à Lyon. Il parle parfaitement français et anglais et se destine à une carrière commerciale. Sur ses trois années d’école, il doit faire un an de stages. Et c’est là qu’intervient l’association InSite (1). Celle-ci se donne pour but d’aider les territoires ruraux à faire face à leurs différents problèmes de développement, en leur affectant des jeunes volontaires du Service civique (en général, ce sont des Français...). Plusieurs villages bénéficient déjà de cette action. Bientôt, Sainte-Christie-d’Armagnac va en bénéficier. Boran a donc été recruté pour renforcer l’équipe de Pimao. Il touche 580 euros par mois et il est logé et nourri chez l’habitant.

Le rôle du volontaire

On sait que Pimao a la charge de préparer et d’organiser des événements liés au développement durable, tels que l’Éco-pêche, l’Écopâturage et surtout, le plus important d’entre eux, l’Écofête. Eh ! Bien, Bernard Pierre, président de Pimao, ne tarit pas d’éloges sur le rôle et l’action de Boran depuis son arrivée à Perchède, le 6 juin 2019. Il loue sa rigueur et son souci du détail, sa maîtrise des réseaux sociaux, la justesse de ses analyses après l’événement, etc.

Comment obtenir un jeune volontaire ?

Le recrutement se fait au moyen d’un dossier de demande assorti d’un cahier des charges. Celui de Pimao est orienté vers l’alimentation durable et cherche donc à mobiliser les citoyens pour la développer. À présent, après l’Écofête, Boran s’occupe de l’organisation du Championnat de France individuel de quilles au maillet, qui a lieu le 11 août, à Perchède (3).

Mais alors, dira-t-on, comment Pimao va-t-elle tourner après le départ de Boran ? Emmanuel Michel, membre de l’équipe d’InSite, estime pouvoir le faire remplacer.

Pour l’observateur, ce type d’aide à la survie d’une ruralité en bonne santé peut apporter beaucoup aux villages, grâce à la volonté de nombreux jeunes de s’engager dans une œuvre utile.

N.B. - Sur la photo du haut de page : Alain Marin, Boran Bi et Bernard Pierre.

(1) Le Service civique s'adresse aux jeunes de 16 à 25 ans et jusqu'à 30 ans pour les jeunes en situation de handicap. Indemnisé 580 euros par mois, il permet de s'engager sans condition de diplôme dans une mission d'intérêt général au sein d'une association, d'un établissement public, d'une collectivité. En France ou à l'étranger et dans neuf domaines d'action : solidarité, environnement, sport, culture, éducation, santé, intervention d'urgence, mémoire et citoyenneté, aide humanitaire. (2) InSite : « Les territoires ruraux sont au cœur des changements et les populations qui y vivent sont parmi les premières victimes du déclassement. Les questions liées à la présence et au redéploiement des services publics, au combat contre les déserts médicaux, au maintien des écoles, au développement des commerces de proximité, sont fondamentales. Nous devons y répondre pour donner une nouvelle ambition au monde rural. »

InSite veut se mettre au service de tous ces acteurs en s’appuyant sur une autre richesse dont bénéficie notre pays : la capacité et la volonté d’engagement des jeunes. »

Pour ce faire, une forme de volontariat à la campagne a été créée, comme un Erasmus rural, permettant à des jeunes d’ici et d’ailleurs de vivre une aventure humaine et collective au cœur de nos villages, en collaboration étroite avec les acteurs de terrain. Ils vont mettre leur énergie, leur détermination, leurs compétences et leurs expériences au service d’une autre idée du développement local.

Ils œuvrent pour l’inclusion numérique, la promotion du patrimoine matériel et immatériel, la culture, la mémoire, la protection de l’environnement, le développement de l’artisanat traditionnel comme des nouvelles technologies etc. Et pour toute action qui pourra créer du lien et nourrir une dynamique vertueuse pour le territoire. »

(3) Voir l’article (https://lejournaldugers.fr/article/36695-championnat-de-france-individuel-de-quilles-au-maillet).

5 Alain Marin et Bernard Pierre 1bis 310719.jpg
Alain Marin et Bernard Pierre
3 Emmanuel Michel Boran Bi et Bernard Pierre 1bis 310719.jpg
Emmanuel Michel, Boran Bi et Bernard Pierre
4 Alain Marin prépare l'apéritif 1bis 310719.jpg
Alain Marin n'oublie pas l'apéritif
Publicité
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles