Menu

La Culture et l'émotion vont se rencontrer dimanche 16 juin

IMGP7351.JPG

Inauguration du square "Jean-Louis Quereilhac" et retour du tableau Magenc restauré en l'église

Après-midi éminemment culturel, dimanche 16 juin, à partir de 15 h 30.

Culturel mais pas seulement, car l'émotion sera également présente lors de l'inauguration du square Jean-Louis Quereilhac dans l'espace cinéma.

Pourquoi un tel lieu ? Simplement pour rappeler le projet, le "Fonds d'intervention culturel( FIC) pour faire plus simple des années 1980.

Il avait été porté à bout de bras par Jean-Louis alors maire, maître d'ouvrage, il avait su convaincre son conseil d'adhérer à ce vaste chantier qui en plus de l'orgue mettait en place une salle de cinéma.

Le lieu est donc très bien choisi.

Une heure plus tard, dans l'église où au centre du chœur préside l'orgue retable chef d'œuvre du facteur Daniel Birouste, le tableau d'Alexandre Magenc, peintre de la bastide, retrouvera sa place.

Des événements climatiques avaient dégradé cette superbe toile représentant le Christ sur la croix dont le visage très gascon semblait encore vivant.

Marie-Charlotte de Cassagnac s'en était émue, avait proposé au maire Régis Soubabère d'en prendre en charge financière la restauration.

L'accord avait été général tant auprès de la mairie, propriétaire de l'édifice, que du prêtre affectataire que de Christophe Jancowiack, responsable de la fondation du patrimoine.

La restauration confiée à Eugénie Collereault a duré une année. Dimanche, le tableau sera accroché, non plus au fond de l'église, mais, dans la nef latérale droite, face aux fidèles.

Parfois les hasards de l'histoire se rencontrent :

Quand les cloches ont été descendues, il y a quelques semaines et posées au fond de l'église Marie-Charlotte comme beaucoup de Plaisantins a appris que c'est un de ses ascendants  Bernard-Adolphe de Cassagnac, alors maire de Plaisance, qui était le parrain du bourdon.

Hasard encore peut être Alexandre Magenc, fils du Maire Magenc, qui avait fait construire la chartreuse, était devenue celle de Jean-Louis Quereilhac bien des années plus tard. 

Dimanche, les participants à cette cérémonie pourront commenter tous ces événement lors du vin d'honneur servi au Ripa-Alta en clôture des cérémonies.

IMGP7351.JPG
Photo Marcel Lavedan D R
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles