Menu

La Convigne du Fogolâr de Vuascogne

DSC01101.JPG

La rencontre des Frioulans émigrés qui ont fait leur chemin

Accueillis par Italo Scaravetti et Gilbert Ulian, respectivement président et vice-président- trésorier, dès 10 h, ce samedi 6 avril,une bonne soixantaine  d'intervenants, adhérents et sympathisants se sont pressés pour participer à la 3ème Convigne du Fogolâr Furlan de Vuascogne.

Dans la toute récente salle polyvalente de Duran aménagée pour l'occasion en salle d'exposition, salle à manger et salon par une équipe particulièrement au point, se sont succédés nombre de Français, Italiens de souche, qui ont raconté leur parcours atypique et leur réussite.
Ainsi, François Turchetti, auscitain, aventurier des temps modernes, a vécu une existence créative et mouvementée en effectuant de multiples métiers, tout en réussissant  parallèlement une carrière de  joueur de tennis de table à haut niveau, puis  dirigeant.

C'est lui qui a remis la médaille du bénévolat à Gilbert Ulian et Italo Scaravetti

Alain Cantarutti a poursuivi  en contant sa vie riche en expériences et sa conversion en artiste peintre, dont les tableaux exposés, ont séduit l'assistance. Lui aussi s'est distingué à haut niveau dans une discipline sportive, la  pétanque : il a récolté d'abord de nombreux  trophées de joueurs, puis  gagné des galons au titre de  dirigeant.

Seul, Jean-Louis Mazzariol, tout d'abord marchand de vin, a fait le chemin inverse, retourné en Italie, il  s'est converti en producteur de prosecco, d'huile d'olive et commerçant de vins du Gers.

Berto Sturam, frioulan de 101 ans - il ne les fait pas-  a été longuement applaudi à son arrivée : son humour et sa poésie restent intacts.

A la suite, Italo Scaravetti a pris la parole pour énumérer nombreuses activités du Fogolâr : rappel de la « Fieste Patrie dal Friul », commémoration le 3 avril, la confection de  la Colombe de la pâs (patisserie) et la remise du rameau d'olivier également symbole de paix, le jour des Rameaux. Il a évoqué la catastrophe d'Izourt du 24 mars 1939 : 31 ouvriers dont 2 Français, 29 Italiens dont 8 Frioulans trouvent la mort dans une avalanche qui détruit en partie un « village de planches », une pensée rapide est demandée à l'assistance.

Il a rappelé les séances de « gust di cjacarâ »,  tous les jeudis, à la Maison des Associations de Duran, la participation de l'association à la spectaculaire Befana et le Gîr dans le Frioul.

 Apéritif, puis repas frioulan, au menu charcuterie et « frico » dont la recette a été dévoilée, ont clôturé agréablement la matinée.

A la suite, Philippe Méau, converti dans les énergies renouvelables, et Joseph Borgolotto, traiteur, ont narré leur parcours.

 Aucun des protagonistes intervenants n'a mentionné avoir ressenti l'émigration comme une déchirure, ils se sont révélés self made men et ont suivi un fil conducteur des plus positifs.

La fidélité aux racines est bien ancrée au sein de l'association Fôgolar Furlan, l'assistance nombreuse, mais plutôt âgée, en est la preuve. Rendez-vous est pris pour 2020.

 

DSC01104.JPG
Alain Cantarutti , artiste peintre
DSC01109.JPG
Lydie Toison, conseillère départementale
DSC01110.JPG
Jean Louis Mazzariol
DSC01114.JPG
Les amis furlans
DSC01122.JPG
... et les petites mains qui oeuvrent pour l'association
DSC01124.JPG
Jean-Louis Lambert reçoit le "Premi Friûl" remis par Italo Scaravetti, président
GEDC0050.JPG
Au second plan, un aperçu des peintures de Alain Cantarutti
GEDC0055.JPG
Philippe Méau, 3ème et 4ème génération, explique sa conversion dans les énergies renouvelables
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles