L’écofête de Perchède au service de la ruralité

0 Entrée de l'écofête 1bis 010718.jpg

Métiers traditionnels et connexion Internet

L’écofête du dimanche 1er juillet 2018 était axée sur le thème « Être connectés en ruralité », tout en présentant les activités traditionnelles du territoire. Elle était ainsi fidèle à son baptême, où les bonnes fées penchées sur son berceau lui assignaient comme but : « développer notre territoire rural pour ses habitants, pour retenir et attirer des jeunes, en conservant ses traditions et son patrimoine environnemental qui font son attrait, grâce à la mutualisation des moyens des associations et des communes environnantes ».

Deux motifs de satisfaction

Les repas ont suscité les éloges de tous, alors que ce n’était pas le cas en 2017. Repas confectionnés uniquement avec des produits bio issus de la région : le public a beaucoup apprécié.

De plus, il y a eu plus de stands que l’année dernière, tenus par de nombreux producteurs locaux.

Être connectés en ruralité

En revanche, le thème « Être connectés en ruralité » n’a pas pu être traité de manière satisfaisante. En effet, le Pesqué, site de l’écofête, est dans une zone blanche et, jusqu’au dernier moment, l’incertitude a régné sur la possibilité d’installer une connexion. Les discussions avec le public sur ce thème ont laissé à désirer, mais l’association Pimao (1), qui est à présent en charge de l’écofête, va organiser des travaux sur ce thème capital. Capital pour ceux qui ne peuvent travailler que connectés et pour les personnes âgées qui n’osent pas se lancer ou ne le peuvent pas, faute de matériel et de formation.

En s’attaquant à ce problème, la municipalité de Perchède et Pimao montrent qu’elles s’attaquent aux vrais problèmes ruraux. En ne se contentant pas d’agiter des idées une journée dans l’année.

Fréquentation

Avec le temps très beau quoique un peu trop chaud, les visiteurs sont venus plus tôt le matin. On ne connaît pas encore le nombre de convives des repas de midi et du soir. Or, comme l’entrée est gratuite, le comptage des repas est le seul moyen d’avoir une idée approximative du nombre d’entrants. Mais il semble qu’il y ait eu un peu plus d’entrées le matin et un peu moins l’après-midi. Deux causes sont évidentes à cette baisse de l’après-midi : la canicule et l’alerte orange pour le vent et les orages en soirée.

(1) Pimao, comme les doigts de la main : le pouce (économie locale et circuits de proximité), l’index (connexion en ruralité), le majeur (patrimoine naturel et bâti), l’annulaire (culture, traditions et loisirs) et l’(o)auriculaire (initiatives sociales).

7 Le stand du boulanger 1bis 010718.jpg
Le stand du boulanger bio
1 Un enfant pas très rassuré 1bis 010718.jpg
Un enfant pas très rassuré...
2 Vannerie de papier 1bis 010718.jpg
La vannerie de papier de Marie-Christine Ozenne
3 Mannequin en vannerie de papier 1bis 010718.jpg
Mannequin en vannerie de papier
4 Poterie 1bis 010718.jpg
Stand de poterie
5 Claude Saint-Blancard fait son marché 1bis 010718.jpg
Le conserveur de canard Claude Saint-Blancard fait son marché
6 La scène 1bis 010718.jpg
Musique sur la scène
8 Tournage du bois 1bis 010718.jpg
Tournage du bois
Publicité
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles