Menu

Célébration de la Sainte-Cécile

20180112115941uyld.jpg

L’Harmonie vicoise  fêtera la  Sainte  Cécile  le  samedi   20  janvier  suivant  une nouvelle formule  qui   s’étend  sur  toute la journée  du samedi

Samedi à  10h30 messe   en musique   (église Saint Pierre)

18h  - rendez  vous  salle  polyvalente pour la  prestation  des   élèves de l’Ecole  de  Musique du    Terroir.

18h  10-  Concert    de  l’Harmonie  avec   ses  40  musiciens  sous  la  baguette  des  deux  chefs, Nelly  Despax  et  Guillaume   Ceretto suivi   d’un  vin d’honneur  offert  par l’Harmonie.

21 h  - repas  traditionnel   de  l’Harmonie  préparé  par  un professionnel et  ouvert  à  la  population uniquement    sur  inscriptions  -  Renseignements  et   inscriptions  à  l’Office  de  Tourisme  -

L’Harmonie   vicoise  est présente toute  l’année pour   célébrer  fêtes ,cérémonies, commémoration  avec  ses  jeunes de   l’Ecole de  musique   du  terroir et  ses  musiciens   présents depuis  de  nombreuses années .Elle  est  très  fière d’avoir  formé  des  musiciens  de   grand    talent  devenus   aujourd’hui des musiciens    professionnels   elle  vous  invite   à   venir  les  écouter, les   encourager .

Si   on   retrouvait    le   kiosque    à  musique ?

Lors de la rénovation  de la  place de  la Mairie  et  de son environnement, on    s’est aperçu que   la ville   avait un    kiosque   à  musique;  les  journalistes  de «  Radio Platane »   l’ont  fait  disparaître   ou  l’ont   implanté  en divers  lieux de  la ville. Rassurez –vous , il  est bien  toujours  là  et pour longtemps  encore . Il a  été   créé entre  1906  et  1909  sous l’impulsion  financière  de M et Mme de Coste, née de  Causse , nièce   de  Jean  Joseph   Saint  Hilaire    Drème, premier  président   de   la Cour  d’Agen.

Lors  de la  réunion  du  Conseil Municipal   du  1er    septembre   1906,  à 8  heures du matin,, le Maire .Dr  Delucq    lisait  la  correspondance    suivante : on  proposait   pour   édifier un kiosque   place  de   la mairie, une   souscription dont   le  montant  s’élevait à 5 070,  85  francs, M et  Mme   de Coste  s’engageaient  à   verser   la  somme  de 5 000  francs. Le conseil municipal  où  étaient  présents   : Branet –Pradère-Louis ;Bacqué – Brana  -Espiau- Desbarats –Macary – Gélas  - Bouchet – Dumont  - Maumus – Corneille, délibère, accepte  la  proposition et  prie Monsieur  le  Maire de   transmettre   ses  plus vifs  remerciements  aux  généreux  donateurs. En  signe de  remerciements, engagement  est  pris  de graver  une plaque rappelant  leur  générosité  (toujours   en place  sur  le monument).

Le  27  Mai  1907    M. Castéra   présente  le projet au Conseil municipal  qui  le retient  et  décide  également l’emplacement de l’édifice    dans  l’espace    dit  à l’époque  «  place  du commerce »  .Des  travaux de terrassement  seront   entrepris    pour   constituer  un   terre plein ;Ils  seront    tout  comme la maçonnerie   exécutés  par  voie  de   marché  de  gré  à  gré, les   autres  travaux  feront   l’objet  d’une  adjudication.  C’est   le ferronnier  vicois   Jean Marie  Carsalade qui  réalisera    le  kiosque , véritable  œuvre   d’art   par   les  volutes  et les   fixations    toutes   par  rivets. L’ouvrage fut terminé en  1908  comme  on le rappelle sur  les  pommeaux  de  l’escalier.

Le   kiosque pour  la  lyre  fezensacaise

A cette   époque  « les  musiques »  à  Vic    étaient    loin  d’être  harmonie. En effet,  on  comptait  deux   groupements  musicaux : la  Lyre  Fezensacaise , créée  par le  Maire Meilhan   qui  rassemblait   derrière   ses pupitres les  républicains,  et  la  société  philharmonique   Sainte-Cécile  à  obédience  bonapartiste.

Lorsque  Gabarrot    arriva  à  la  Mairie  il  s’adjugea   la  Lyre  Fezensacaise,   qui  bénéficia  de   largesses   financières,   et  anima  musicalement  les  grands  évènements   vicois.  Elle  jouait   sur   le  kiosque, la   Société  Sainte-Cécile  boudait   et refusait   de  s’y  produire. Elle  donnait ses   concerts  sous  les  arceaux.

Les  douloureux     événements  de  la   Première guerre  mondiale firent   comprendre    aux    Vicois  qu’on  pouvait jouer    en  harmonie,  même si  l'on   n’affichait  pas la  même  étiquette politique, et  ainsi   naquit l’Harmonie : l’Union   Vicoise .

Pierre  Dupouy

IMG_1730.JPG
L'harmonie vicoise présente dans toutes les cérémonies
Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles