La relève se révèle lors du tournoi interne !

Flou valence.PNG

Depuis maintenant quelques jours, le tournoi interne maintient une animation soutenue sur les courts couverts des arènes. Le matches se succèdent à un bon rythme et les rencontres sont intéressantes.

J’ai assisté hier soir à celle qui opposait Francis Cusinato, ancien président du club, au jeune Antoine Fasolo. Si l’ancien l’emporta en deux sets, ce le fut après une rencontre où l’on put juger des progrès réalisés par les élèves de l’école de tennis à travers ceux montrés par Antoine.

Le club est né en 1970, aussitôt les responsables dont je faisais partie, ont organisé des tournois. J’ai donc pu observer l’évolution de ce sport, techniquement et matériellement. D’abord, il y eut les raquettes en bois, puis les raquettes à large tamis telle la Prince, une tentative de double cordage et enfin les raquettes actuelles, légères et avec un matériau révolutionnaire.

Quant à la technique, le grand saut fut lorsque le revers à deux mains apparut. Il y eut, à Valence-sur-Baïse, un joueur gaucher doté d’un coup droit dévastateur. Ne dit-on pas qu’en tennis, on n’a de meilleur classement que celui de son plus mauvais coup ? Son coup droit valait la seconde série, son revers 15/4. Il atteint 15/2, signifiant par là que s’il avait la possibilité de faire un coup droit, le point était pratiquement gagné. Un autre joueur, Éric Cazzola jouait facile 30. Parti à Toulouse, il joue toujours et gagne régulièrement ses matches à 30/4 depuis qu’il a, cela fait un certain temps, adopté le revers à deux mains.

Le jeune Antoine a démontré, lors de ce match, qu’il avait la technique de ce coup. Quand il aura amélioré son coup droit, ce pur produit valencien que nous devons à nos entraîneurs, Pierre Maurrin et Cédric Moulinoux, fera mal. D’autant qu’il a un excellent esprit et là, il faut féliciter ses parents Aurélie, la secrétaire du club, et Frédéric, le juge arbitre local de cette manifestation sportive qui se déroule comme d’habitude très sportivement et très convivialement.

J’ajouterai que le club fut champion des Pyrénées. Des jeunes comme Antoine arrivent, j’en reparlerai car ils m’enchantent chaque fois que je les vois évoluer sur le terrain. Peut-être remettront-ils le couvert ?

Claude Laffargue

Suggestion d'articles
Suggestion d'articles