Déconstruction des bâtiments du Garros : Un chantier vertueux selon Bernard Ksaz, président de l'OPH 32

Le mérite en revient à tous les intervenants et notamment à l'entreprise Melchiore

« C’est un chantier vertueux par son approche environnementale qui a permis de limiter les incidences des travaux sur la vie quotidienne des habitants, circulation, stationnement, cheminement et d’assurer la garantie du confort et du cadre de vie en préservant l’intégrité du milieu naturel », se réjouit Bernard Ksaz, président de l’office public de l’habitat du Gers, OPH 32, lors de la visite du chantier de déconstruction au Garros.

321 logements seront déconstruits

Une visite qui consistait ce 8 septembre en matinée à découvrir la 2ème phase de déconstruction  de la Tour A et des bâtiments B, C, D, G, H et R partiellement, soit au total 116 logements pour 89 ménages présents, [la 1ère phase de déconstruction a eu lieu en 2017 avec la démolition des immeubles Porthos et Athos avec un total de 96 logements). En 2023 ce seront les tours T et E et le bâtiment I partiellement avec 68 logements qui seront démolis pour finir en 2024 par la tour Athos et ses 41 logements.

 A l’issue de ces déconstructions ce seront 321 logements démolis dans le cadre du projet de rénovation urbaine afin de dédensifier le quartier du Grand Garros et offrir un cadre de vie repensé, plus attractif et diversifié. « Ces 321 logements déconstruits représentent un dixième du poids économique de l’OPH 32 », fait remarquer Bernard Ksaz.

Pour ces opérations de renouvellement urbain, l’OPH 32 a intégré des clauses d’insertion à savoir notamment un certain nombre d’heures à réaliser en faveur de l’insertion professionnelle. Le nombre d’heures prévues initialement était de 2 299 heures, un objectif qui a été largement dépassé puisqu’il est prévu plus 5 000 heures à la fin du chantier en décembre 2021. Dix personnes sont intervenues dans le cadre des clauses d’insertion sur ce chantier, les tâches ont consisté au curage, au tri et en tant que manœuvre pour assister les pelles de démolition pendant les phases d’abattage. Le personnel était encadré par les référents de l’entreprise de démolition, Melchiore.

Suivi des déchets
Le chantier a produit 18 tonnes de bois, 7 tonnes de PVC, 60 tonnes de ferraille, 180 tonnes de déchets inertes, 7 000 m3 de béton évacués pour concassage chez Nartet à Preignan et 26 tonnes d’amiante extraites et stockées par un spécialiste à l’extérieur du département.
Bernard Ksaz révèle les points clés de la déconstruction.
Les pins parasols ont été protégés.
Des explications données par les cadres de l'entreprise Melchiore.
Les bâtiments ont disparu.
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles