Avoz'art, côté sculpteurs en herbe !

20210808_164806.jpg

Avoz’art propose chaque année deux week-end de stages gratuits qui sont financés par l’Office de Tourisme d’Artagnan en Fezensac.

Ces stages qui connaissent un succès croissant sont animés pour la troisième année par Nicolas Viry, sculpteur marciacais qui s’est expatrié en Italie pour apprendre le travail du marbre.

Revenu en France, il est en train d’installer son atelier.

Cette année, devant le nombre de demandes,  il a demandé de l'aide à  Veerle Van Gorp, artiste sculpteur à Montequiou qui expose aussi à Mourède.

Comme Nicolas Viry nous l’explique, la plupart des stagiaires sont de vrais amateurs auxquels il s’adapte.

«  Ce qui est important, nous dit-il, c’est que les gens soient contents, qu’ils passent un bon moment.

Ils choisissent plus la terre que la pierre même si cette année je constate que davantage de personnes se lancent dans la pierre.

Ce sont deux techniques complètement différentes : avec la terre, on travaille en ajoutant, avec la pierre en enlevant, ce qui fait parfois peur aux stagiaires !

Il nous explique laisser à chacun le choix de son sujet.

« La première année, j’avais amené des livres, des modèles mais cela ne correspondait pas forcément à ce que voulaient faire les personnes.

Mais quand on débute, c’est mieux d’avoir un modèle en trois dimensions et de le reproduire.

Je demande aux stagiaires de venir avec une photo, un dessin.

C’est plus facile pour moi aussi pour les aider de visualiser ce qu’ils veulent faire. »

Echanges avec quelques sculpteurs en devenir :

Patrick a réalisé deux chats, son chat dont il a amené une photo et un autre qu’il a imaginé.

Cela faisait longtemps qu’il souhaitait se lancer sans jamais trouver le temps.

Pour un novice, le résultat est plutôt réussi !

Ses camarades de stage avaient la veille qualifié ses chats de « sympathiques », voire « mignons »… Bien qu’il adore les chats et qu’il en ait plusieurs lui-même, il estime que ces animaux sont tout de même des prédateurs ; pour souligner cette caractéristique, il a ajouté aujourd’hui à chacun des deux une souris et un oiseau, proies des matous !

Pamela taille la pierre pour la première fois, elle qui dessine déjà et réalise aussi des modelages.

Elle voulait s’essayer à une autre technique comme elle nous l’explique : « Avec la terre, on ajoute de la matière, avec la pierre, on en enlève et quand on l’a enlevée, c’est définitif ! C’est donc à mon sens beaucoup plus difficile ! »

Elle travaille un bloc de grès qui lui a suggéré par son aspect initial un sujet hiératique.

Elle apprécie la matière moins lisse que le calcaire et son aspect coloré.

Sa voisine travaille un bloc de calcaire et laisse parler son imaginaire.

Ses gestes l’amènent à représenter sa fille en train de danser.

Maryline pratique en amateur le modelage avec Veerle.

Elle est partie d’un portrait trouvé sur internet :

« J’avais envie de faire des visages « marqués ».

Jusqu’à maintenant je ne faisais que des femmes avec des visages très lisses.

Je voudrais faire des visages avec plus de caractère.

Ce qui me fend le coeur, c’est que je vais devoir trépaner mon personnage pour le cuire ! C’est le moment que j’aime le moins ! »

En effet, les artistes en herbe repartent tous avec leur production. Pour le modelage, il faut attendre un mois pour le séchage puis la cuisson est réalisée dans des fours de la région.

Le festival Avoz'art s'achève lundi 16 août à 18 h .

20210808_164529.jpg
20210808_164529.jpg
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles