Menu

Méthanisation : peu de réponses des candidats

Capture d’écran 2021-04-26 133832.jpg

Les 7 et 8 juin, ABIVIA, Association Bien Vivre en Astarac et Fezensac, a posé 3 questions à toutes les listes candidates aux élections départementales et régionales dans sa lettre ouverte sur la méthanisation.

https://lejournaldugers.fr/article/48850-abivia-gers-adresse-une-lettre-ouverte-aux-candidates-et-candidats-aux-elections-departementales-et-regionales

L'association communique aujourd'hui les réponses reçues :

Sur 12 lettres envoyées, seules 5 listes ont accepté d’y répondre :

  • Lutte Ouvrière, Mme Malena Adrada (région)

  • Occitanie Populaire Gers, M. Pascal Levieux (région)

  • Rassemblement National, M. Jean-Luc Yelma (region/département)

  • Libres et Indépendants pour le Gers, M. Romain Duport (Canton Pardiac-Rivière-Basse)

  • Poil à Gratter, M. Charles Guilly (Canton Pardiac-Rivière-Basse)

Pourtant, on sait combien  ce sujet peut avoir des conséquences économiques, touristiques, sanitaires et environnementales pour la population de notre département et de notre région

Voici l’essentiel des réponses :

ABIVIA : Êtes vous pour ce type de méthanisation en l’état actuel des connaissances ?

Occitanie Populaire : oui, le principe de méthanisation n’est pas à rejeter à ce jour au vu des études publiées dont nous avons connaissance. Mais ces implantations concrètes devront prendre en charge tous les impacts écologiques et sociaux sur les producteurs comme sur les habitants impactés. Les problèmes techniques restent ouverts imposant des études d’impacts : recyclage du digestat, génération de CO2 et consommation d’énergie par le processus…

Rassemblement National : nous ne sommes pas contre la méthanisation à l’échelle d’un îlot d’une à deux fermes traitant ses propres déchets vrais pour produire sa propre énergie. L’implantation doit être étudiée au cas pas cas.

Libres et Indépendants pour le Gers : nous sommes favorables à des projets à taille humaine, permettant une production en vue d’une autonomie énergétique sur un périmètre restreint et sommes réticents à un concept industriel amplement subventionné par des fonds publics. Nous déplorons que tant d'argent soit dépensé pour un seul projet alors même que c'est le monde agricole, dans son ensemble, qui mériterait notre attention

Poil à Gratter  : nous sommes contre les projets de méthanisation en l’état actuel des connaissances, les seuils d’ICPE doivent être revus à la baisse.

ABIVIA : Êtes vous pour la réalisation du projet de Biogazcogne dans la vallée de l’Osse et du Lizet ?

Occitanie Populaire : non, ce projet ne semble pas encore assez rassurant quant à ces trop nombreux impacts sur l’environnement, notamment sur l’eau, qui est un bien commun ne pouvant courir le risque d’être pollué.

Rassemblement National : non, le projet est trop industrialisé et nous semble incompatible avec la mise en place du Parc Naturel Régional Astarac

Poil à Gratter : non et ces projets n'ont pas de sens au niveau local et je doute que cela permette une vraie indépendance au gaz russe. Les volumes de déchets et le trafic seront énormes, le paysage enlaidi, la course aux cultures énergétiques sera aux dépens des cultures alimentaires, sans compter les risques d'accidents.

Libres et Indépendants pour le Gers : nous sommes réticents car l’habitat gersois, dispersé, rend indispensable une concertation préalable, au moins pour les potentielles nuisances.

La préfecture ne demande que l'avis du maire mais, attachés à une démocratie vivante, il nous semble nécessaire d'ouvrir une concertation plus large.

ABIVIA : Êtes vous prêts à vous engager pour un moratoire sur la méthanisation agricole et agro industrielle dans le Gers et la Région Occitanie ?

Occitanie Populaire : oui, avec des études d’impacts sur l’environnement (digestat, eau, milieu naturel, paysages…). La méthanisation verte à 100% n’est pas garantie à ce jour. Au vu des volumes générés de Biogaz envisagés (10% prévus dans le futur mix énergétique) il nous apparaît que les risques naturels soient plus importants que les gains. Les investissements lourds, que seules des sociétés privées demandeuses de revenus garantis pourront réaliser, risquent de créer encore un endettement des agriculteurs. Aucun plan départemental aujourd’hui ne permet  une gestion planifiée et concertée de tous ces aspects et nous nous interrogeons sur la cohérence avec le Parc Naturel d’Astarac.

Rassemblement National : oui, afin de comprendre et faire comprendre les véritables enjeux.

Libres et Indépendants pour le Gers : nous sommes opposés à des installations qui n'auraient pas l'aval des conseils municipaux concernés et de la population et nous souhaiterions établir à l'échelle départementale, en concertation avec les intercommunalités, des zonages pour cibler les sites pouvant accueillir ce type d'installation. Nous sommes opposés à des installations dont la production nécessiterait de fournir des végétaux uniquement aux fins d'alimentation du méthaniseur. Nous nous interrogeons aussi sur la qualité nutritive des digestats et les conséquences environnementales de ces installations. L'évolution législative à venir nous interpelle et dans un avenir proche nous travaillerons mieux la question pour affiner notre position.

Poil à Gratter  : oui, il faudrait un moratoire.

Les réponses de Lutte ouvrière n’ont pas été faites par question mais en voilà l’esprit :
Faire entendre le camp des travailleurs : la position est claire face à ce type de projet agro industriel soutenu par le grand capital soucieux de faire du profit et s’emparant du marché pour répondre aux préoccupations écologistes ou énergétiques sans concertation avec les travailleurs et les populations.

Notez que l’intégralité des réponses sera publiée sur la page Facebook ABIVIA GERS.

Au vu des réponses et des non réponses fournies par les candidats…les électeurs pourront se faire une idée.

ABIVIA, Association Bien Vivre en Astarac et Fezensac

https://www.facebook.com/ABIVIA-GERS-102112805030028

abivia.gers @gmail.com

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles