Ciné l'Europe présente sa prochaine quinzaine

Cinéma l'Europe.JPG

des films magnifiques a découvrir absolument

 

 

Chères spectatrices, cher spectateurs,

une quinzaine riche en émotions, s'annonce.

Avec “Des hommes“, Lucas Belvaux fidèle à lui même, nous offre un film fort et violent. Sous prétexte d’une autre guerre, celle là familiale, il nous raconte les vingts ans des hommes de cette famille qui se sont retrouvés en Algérie. Depardieu et Darroussin, pour ne citer qu’eux, narrent cette histoire, leur histoire, leur vie. Depardieu en vieil ours mal léché et empli de regrets, est à son aise et Belvaux le filme comme il se doit. Un film à voir sans conteste.

“Promising young woman“ a reçu le le César du meilleur scénario, amplement mérité. C'est un film aux couleurs acidulées pour tout (décors, costumes, …) et une esthétique pop (doublée d’une bande-son très réussie) qui le rendent très agréable à l’œil. Vous serez fasciné par Carrie, une femme qui se bat pour que les hommes arrêtent de s'attaquer à des victimes en état de faiblesse pour assouvir leur besoin sexuel. Devant de tels actes, on sait malheureusement qu'il se cache beaucoup de vérité. La fiction est ici le symbole d'une horreur bien réelle. Une satire féministe appuyée mais efficace. “Promising Young Woman“ est une vraie comédie noire. En VO c'est encore mieux.

Dans “Petite maman“, le scénario flirte avec le fantastique, sans pourtant avoir recours à aucun effet spécial, et tient en une ligne : une enfant rencontre sa mère au même âge. Deuil, transmission et enfance : ces thèmes sont abordés avec une élégance narrative qui fait merveille. Le naturel et la complicité des deux actrices, Joséphine et Gabrielle Sanz, sœurs dans la vie, font plaisir à voir. Un choix judicieux. Un film qui vaut le détour par votre salle.

Avec “Sons of Philadelphia“ Jérémie Guez, le réalisateur, coche des cases familières : film noir, de gangsters, de liens familiaux. En première ligne, deux cousins, élevés comme des frères, à la tête d'une petite entreprise mafieuse qui connait la crise. Polar noir et urbain dans l'esprit d'un James Gray. Film porté par une interprétation tout en justesse de Matthias Schoenaerts et Joel Kinnaman. Filmé dans une quasi-pénombre et des paysages d’hiver, “Sons of Philadelphia“ surprend par son authenticité. Une superbe image sert à merveille le propos. A découvrir absolument.

“Playlist“ de Nine Antico narre une tranche de la vie de Sophie, 30 ans, dans le milieu culturel parisien, en l’occurrence l’édition de B.D, euh, de romans graphiques, c’est plus vendeur, comme le dit Grégoire Colin dans le rôle du sale con du film. Sara Forestier, dans le rôle de Sophie, est éblouissante et juste parfaite. Elle passe de rencontres en aventures en se posant mille questions sur l’amour, le sexe, le couple, son avenir professionnel, la vie... quoi! Le film, tourné en noir et blanc, reflète la vie de beaucoup de ces jeunes qui se cherchent et ont du mal à trouver leurs marques dans cette société qui ne leur fait aucun cadeau. Vu en avant première, j’ai été agréablement surpris par cet “ovni“ cinématographique.

Patrick Bruel et Niels Arestrup devant la caméra de Bernard Stora. “Villa Caprice“ est un thriller psychologique mené de main de maitre. Avocat célèbre, Luc Germon, Neils Arestrup, pense atteindre la consécration lorsque Gilles Fontaine, l'un des patrons les plus puissants de France, incarné avec brio par Patrick Bruel, lui demande de prendre sa défense. L’homme d’affaires est soupçonné d'avoir acquis dans des conditions douteuses une magnifique propriété sur la Côte d'Azur, la Villa Caprice. Excellents acteurs ! Belles images ! Beaux décors ! Réalisation au cordeau ! Un cocktail pour passer un bon moment de cinéma.

“Un tour chez ma mère“ est la suite de “ Retour chez ma mère“. Jacqueline, Josiane Balasko, en pleins travaux dans son appartement, est joyeusement contrainte d’aller vivre « quelques jours » chez sa fille ainée Carole, Mathilde Seigner, et son gendre, en pleine thérapie de couple. Ces « quelques jours » se transforment en «quelques mois ». Une comédie réalisée par Eric Lavaine à voir pour passer un bon moment.

Emma Stone et Emma Thompson sont à l'affiche de “Cruella“ de Craig Gillepsie. Le long-métrage se déroule à Londres dans les années 70, en plein mouvement punk rock. Escroc pleine de talent, Estella est résolue à se faire un nom dans le milieu de la mode. Elle se lie d’amitié avec deux jeunes vauriens et montent avec eux des arnaques en tout genre. Y aurait-il des similitudes entre “Cruella“ et “Joker“? Lorsque la bande-annonce de “Cruella“ a été dévoilée sur les réseaux sociaux, d'aucuns y ont vu des passerelles entre les deux films. Le réalisateur admet comprendre qu'on puisse rapprocher les deux personnages, partant du fait que “Joker“ et “Cruella“ sont deux films guidés par les émotions de leur anti-héros. A vous de juger.

“Mandibules“est un film décalé, drôle, solaire, lunaire aussi, ça donne envie d'élever des mouches ! Deux copains pieds nickelés essaient de dresser une mouche géante pour qu’elle leur rapporte de l'argent. Un film con, mais assez sage finalement. Quentin Dupieux est un cinéaste à part dans le paysage cinématographique français. C'est la comédie surréaliste de ce retour en salle. On en redemande.

À presque 38 ans, Thomas est un tennisman qui n’a jamais brillé́. Pourtant, il y a 17 ans, il était l’un des plus grands espoirs du tennis. Mais une défaite en demi-finale l’a traumatisé et depuis, il est resté dans les profondeurs du classement. Aujourd’hui, il se prépare à ce qui devrait être son dernier tournoi. Mais il refuse d’abdiquer. Subitement enivré par un désir de sauver son honneur, il se lance dans un combat homérique improbable au résultat incertain... “5ème set“ est réalisé par Quentin Reynaud qui connaît bien le tennis pour l'avoir pratiqué au plus haut niveau pendant des années. Passionné d'équitation, Alex Lutz n'avait jamais joué au tennis. Pour se préparer, l'acteur a pratiqué ce sport pendant quatre mois, à raison de quatre heures par jour.  Anecdote de tournage : “Comme il me fallait les réactions d’Alex, on a rejoué tout le match le lendemain en nous référant au montage des séquences de la veille que j’avais effectué dans la nuit. J’étais là, sur le terrain avec mon ordinateur et avec l’autorité d’un capitaine d’armée, je dirigeais Alex qui, pour être raccord avec ce qui était en boîte, ne pouvait faire autrement que d’obéir à mes ordres… que je n’avais pas le temps de justifier. A un moment, dans des images au ralenti, on voit qu’il râle. Ce n’est pas parce qu’il a raté une balle, c’est parce qu’il n’a pas de recul par rapport à ce qu’il fait“ Quentin Reynaud. A découvrir.

“The father“ de Florian Zeller en VF. Vous nous l'avez réclamé. Le voilà. Le film, lors de sa première projection dans votre salle a reçu un accueil enthousiaste, tant par son scénario et sa réalisation que par l'interprétation des deux acteurs principaux, Anthony Hopkins et Olivia Corman, criant de vérité. Un film dur et éprouvant, sans pathos, courageux, assumé et totalement réussi dont l'émotion demeure encrée bien après les dernières images du générique. A voir sans hésiter.

 

Pensez à réserver sur https://www.cineeurope.fr.

 

Restez curieux. Venez au cinéma.

Les dates et les horaires :

Mer 16/06   21h DES HOMMES

Jeu 17/06   21h LE DISCOURS

Ven 18/06   21h PROMISING YOUNG WOMAN (vo)

Sam 19/06  16h PETITE MAMAN           21h SONS OF PHILADELPHIA

Lun 21/06   21h PLAYLIST

Mer 23/06   21h VILLA CAPRICE

Jeu 24/06   21h UN TOUR CHEZ MA FILLE

Ven 25/06   21h THE FATHER

Sam 26/06  16h CRUELLA (SN)                21h MANDIBULES

Lun 28/06   21h 5ème SET

 

004.JPG
Patrick Fitan le Président de Ciné l'Europe
DSC02713 (3).JPG
la réouverture a attiré beaucoup de monde en respectant les consignes sanitaires
DSC02716 (3).JPG
Les normes de public actuelles sont respectées
Suggestion d'articles
Suggestion d'articles