Menu

Comme Pierre Verduzan, les festayres vont être malheureux !

Verduzan montage ter4.JPG

La décision a été officialisée ce mardi. Après 2020, pas de Bandas non plus en 2021 !

À la question que le Journal du Gers posait en décembre dernier, Pierre Verduzan, le président des bandas, comme il l'avait promis, apporte sa réponse, ce mardi 16 février.

Mais celle-ci va certainement apporter la désolation parmi les Condomois et tous les habitués du Festival Européen de Bandas y Peñas de Condom.

La 49e édition est annulée et repoussée en 2022.

Les différents contacts avec les pouvoirs publics ont amené le conseil d'administration et son président à prendre une sage décision qui s'imposait à eux en tant que personnes responsables.

Mais il leur était impossible d'envisager de rester sans rien faire jusqu'à l'année prochaine.

Une "rencontre" en septembre pour patienter...

Ils vont donc tenter de mettre en place une formule allégée, deux jours sans doute, peut-être le premier week-end de septembre. Une formule inédite, sans concours, celui-ci étant réservé pour un vrai festival, avec seulement deux ou trois podiums et des scènes réduites. Animés par des bandas d'Occitanie mais aussi d'Aquitaine, en tout cas de régions très proches, ce qui permettra d'éviter de prévoir un hébergement impossible dans les conditions actuelles. Avec certainement la participation de trois ou quatre bandas juniors, les jeunes musiciens piaffent en effet d'impatience et sont demandeurs.

En fait, tous les musiciens sont dans l'attente de quelque chose, ils ont un manque. Pierre Verduzan insiste donc : "On souhaite faire quelque chose car les musiciens sont très pénalisés, même s'ils n'ont pas beaucoup répété, ils seront prêts car tous chevronnés."

Si rien n'est cadré pour l'instant, des contacts réguliers sont programmés, dans les semaines à venir, avec les autorités administratives. Le maire, la sous-préfète et même le préfet sont conscients de l'importance du festival condomois, notamment sur le plan économique.

D'ici le début du mois de juin, en fonction de l'évolution de la pandémie, en espérant que la vaccination se soit accélérée, la solution envisagée pourra alors être peaufinée.

En France, depuis les dernières semaines, suite à la situation sanitaire dégradée, tout s'accélère et de nombreux festivals sont annulés les uns après les autres. Un espoir cependant car Roselyne Bachelot, la ministre de la Culture, a annoncé lundi 15 février, des expérimentations, en mars et en avril, avec des concerts "debout" afin de déterminer si des représentations en présence de public peuvent être viables. Il s'agira de trouver un modèle permettant la réouverture des lieux de spectacle malgré l'épidémie de Covid-19, grâce à deux spectacles-tests, l'un avec 5.000 et l'autre avec 1.000 spectateurs.

Car la jauge, à savoir le nombre de personnes à pouvoir assister aux concerts, est le point-clé de toute organisation. Peut-être faudra-t-il, pour une rencontre les 4 et 5 septembre prochains, à Condom, en arriver à imposer des réservations ? Il convient de ne pas faire un simple "petit" rassemblement mais il faut aussi tenir compte de l'aspect financier.

la 49e édition, celle de 2022, ne doit pas être mise en péril et surtout il faut penser à la suivante car, en 2023, le cinquantième anniversaire des Bandas se profile et devra être fêté de la plus belle des manières.

Connectez-vous sur la Page Facebook du Festival des Bandas pour en suivre l'actualité.

De toute façon, Pierre Veduzan l'a promis dès que de nouvelles décisions seront prises, il en fera part car il connaît l'impatience de tous les festayres.

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles