Menu

Le PLFSS en débat à l'Assemblée Nationale

Biémouret IMG_2019.jpg

Gisèle Biémouret a participé à la discussion générale sur ce budget de financement de la Sécurité sociale

Mercredi 21 octobre, vers 15 h, à l'Assemblée Nationale, figurait la suite de la discussion du Projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2021. Il s'agit du 4e PLFSS du quinquennat dans un contexte de crise sans précédent du système de soins français, doublé d’une crise sanitaire et sociale majeure.

À cette occasion, Gisèle Biémouret, député du Gers, inscrite à l'ordre du jour de la discussion générale, est intervenue juste après Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France, et avant sa collègue de Haute-Garonne, ex-socialiste passée à La République en marche, Monique Iborra.

Vous trouverez, ci-après, les grandes lignes de son intervention :

"Depuis trois PLFSS, nous en sommes toujours à nous interroger et la réforme « ma santé 2022 » semble désormais bien obsolète pour répondre à ces défis. Vous vous contentez de mesures au coup par coup, et rien ne vient nous éclairer. Vous nous expliquez que personne n’avait fait autant avant vous, mais c’est votre devoir que de répondre à cette crise, pour les 33 885 personnes décédées jusqu’ici et les 980 000 médecins et soignants.

Je n’aurai pas la cruauté d’égrener les manques d’équipements de protection ou de rappeler les tâtonnements du début de la crise. La confiance se construit et vous n’avez pas su le faire. Nous demeurons inquiets de la dégradation de l’hôpital public et de la fuite des soignants qui y travaillent.

...  Alors que toutes les boussoles du financement de notre système de santé sont complètement déréglées en raison de la crise du covid-19, alors que nos concitoyens ont plus que jamais besoin de leurs soignants, votre politique de restrictions va à rebours des événements que nous avons vécus et qui nous ont montré les résultats d’une sous-dotation des hôpitaux et des EHPAD.

Comme l’année dernière, il est vrai que certaines mesures sont appréciables et permettent, à moindres frais pour le budget de l’État, de présenter un PLFSS médiatiquement défendable. Je citerai l’allongement du congé de paternité, la création de nouvelles maisons de naissance, ou encore la revalorisation de l’allocation supplémentaire d’invalidité. Elles ne sauraient toutefois masquer les impasses et les manques de vos orientations politiques. 

En 2008, je posais ma première question au Gouvernement sur la situation des aides à domicile. Douze ans plus tard, les secteurs social et médico-social, essentiels à la cohésion sociale de notre pays, ... le Ségur de la santé les a oubliés dans leur ensemble. 

... Cette absence d’équité, intenable pour les professionnels et les établissements sociaux et médico-sociaux, doit être dénoncée. La perte d’attractivité pour ces secteurs exclus de la revalorisation se fait déjà ressentir sur le terrain. À postes et compétences équivalents, la différence de salaire crée une concurrence entre établissements, entre groupes d’établissements, voire parfois au sein d’un même établissement.

Les établissements sociaux et médico-sociaux font face à certains effets pervers de décisions prises récemment par le Gouvernement en matière de ressources humaines. Des inégalités de traitement aggravent des difficultés déjà importantes. Alors que seuls les personnels hospitaliers ont bénéficié d’une revalorisation salariale, on constate, en un mois, un grand nombre de départs d’infirmiers vers le secteur médicalisé.

Depuis des années, les professionnels du médico-social, du social et du handicap doivent prendre en charge les patients dans des conditions de plus en plus difficiles. Trop souvent oubliés et invisibles, ils doivent être reconnus et considérés au même titre que les autres acteurs du soin et obtenir immédiatement les mêmes augmentations salariales".

Cette intervention n'a pas manqué d'être saluée et applaudie sur les bancs des élus du Parti socialiste et GDR (Gauche démocrate et républicaine).

Suggestion d'articles
Commentaires d'articles
Suggestion d'articles